Les dieux grecs ont été déchus et réduits à l'etat de mortels par leurs descendants divins, ignorés de tous. Ils ont pris leurs places et créé la Nouvelle Olympe!
 
Nous avons fortement besoin de nouveaux dieux ayant des fonctions importantes! (Ciel, Nuit, Amour etc...)
Un nouveau thème de Printemps est arrivé!

" Zéphios "
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 11/05/2014
Age : 24
Localisation : Je m'égare.
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Sam 14 Juin - 22:11
 
« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! »



Le dieu était énervé. Cette stupide nymphe avait encore pénétré dans sa chambre ! Irrité, il lisait les messages inscrits sur son mur, à l’encre rouge. Il semblait qu’elle y aie mis toute sa force. Zéphios laissa échapper un grognement. C’était déjà la vingtième fois depuis l’incident qu’il retrouvait sa chambre dans cet état. Tout ça à cause de… il ne savait même pas ! D’accord, il avait peut-être, sans faire exprès, bousculé la dryade, sans s’excuser, mais ce n’était pas une raison, il était pressé ! Bon, peut-être était-elle tombée après, Zéphios n’en savait strictement rien, mais de là à lui faire ça ? Il failli hurler de rage et s’en aller immédiatement à la recherche de la nymphe des bois, la prendre en chasse et… et ensuite il verrait bien. Il n’en pouvait plus. Il ferma les yeux avec force et se rendit dans le monde des mortels. Disparaissant de sa chambre et de l’Olympe. Laissant derrière lui les messages de la dryade, révélant d’elle une personnalité forte et surtout presque suicidaire.

Quand il était dans cet état-là, Zéphios ne se contrôlait plus. Le regard ombrageux et les vents violents qui venaient de le transporter à terre témoignaient de sa colère. Sans esquisser un geste, il se fit un corps d’humain pour déambuler dans les rues de Paris. Marchant à grands pas, il devait être effrayant et son aura devait être écrasante car les personnes qu’il croisait détournaient le regard, baissaient la tête, et un ‘périmètre de sécurité’ s’instaura autour de lui. Personne ne l’approchait de moins d’un mètre. Le dieu ne savait pas où il allait mais marchait quand même. Juste pour ne pas aller commettre un meurtre. La Tour Eiffel. Ses pieds l’avaient mené tout près de la Tour. Il tremblait et sa vue était troublée. Agacé, il ne vit pas un gamin courir, mais le sentit. Il cracha d’un ton plus que contrarié :

- Tu me retouches, je te tue. Va jouer ailleurs, cloporte.

Il repoussa le petit sur le côté. Le gamin le regarda une seconde avant d’éclater en sanglots et de suivre le conseil – ou plutôt l’ordre – du dieu. Celui ne s’attarda pas et continua son chemin malgré les chuchotements et les regards qui le suivaient. Zéphios était tellement irrité qu’il pourrait pleurer, mais il ne fit que traverser la route soudainement, si aveuglé par sa colère qu’il ne vit pas le véhicule foncer vers lui.


(c) Natsu
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Sam 13 Sep - 10:21
>CODAGE by Liliebia sur Epicode






Ita Diis Placuit !


La journée s'était déroulé sans grand incident. Aucun de ses pensionnaires n'avait mit le feu à l'orphelinat, ce dernier tenait encore debout et à par la petite Mathilde de neuf ans, tous les orphelins avaient encore toutes leurs dents, ce qui était plutôt un bon point. Anne avait même eut le temps de finir la paperasse et il lui restait son après-midi de libre. La directrice en avait donc profité pour emmener sa fille manger une glace. Robine et elle même avaient découvert ce glacier lors d'une ballade au pied de la tour Eiffel, c'était devenu leur glacier. C'était presque un rituel que de sen rendre là bas pour manger la glace tant attendue, bien qu'Anne n'en mangea pas, préférant de loin une crêpe au nutella ou une gaufres en cas de force majeur. La reine déchue n'avait jamais apprécié les sorbets, c'était trop froid mais elle n'aimait pas quand ça commençait à fondre. Elle préférait de loin les chaudes crêpes au nutella bien garnies de pâte à tartiner.

Pour en revenir à la situation actuelle, Héra et sa fille adoptive, une fois les sucreries avalées, dévorées et englobées, étaient repartie vers l'orphelinat. Anne n'aimait pas quitter le bâtiment et ses pensionnaires trop longtemps, bien qu'elle savait qu'elle pouvait faire confiance aux surveillants pour tout gérer. Pour l'instant, Anne était sereine et se sentait bien, elle aimait plus que tout passer des moments privilégiés avec sa fille, des moments rares car Anne était occupée une grande partie du temps. Elle profitait donc, détendue et protégée du vent par la carlingue de la voiture.

C'était un de ces vent violent qui pouvait, outre faire s'envoler les chapeaux et soulever les jupes, vous glacer jusqu'à l'os. Anne, n'en avait cure, elle était habituée aux puissantes rafales qui, parfois, secouaient le mont Olympe, détachant les draperies et emportant lustres et pierreries. La directrice regrettait cependant quelque peu de n'avoir attaché ses cheveux qui risquaient de venir lui manger le visage si elle sortait par ce temps. Heureusement, elle n'avait pas l'intention de s'arrêter avant d'arriver à l'orphelinat.

Ou tout de moins, elle n'en avait pas l'intention.

L'homme surgit devant elle, elle ne l'avait aperçut qu'au dernier moment. Anne écarquilla les yeux, un cri de surprise mêlé de peur coincé dans sa gorge. Elle appuya sur la manette de frein dans un réflexe intuitif, les mains crispées sur le volant au point tel que ses jointures en devenaient blanches. Elle avait l'impression que son cœur ralentissait, ou alors accélérait-il ? Elle n'en avait cure, seule Robine comptait. Anne craignait un accident qui ne blessa sa fille, en fait, ses pensées à cet instant était désordonnées mais, toutes étaient orientées vers Robine. Soudain, un choc et une bruit mat qui lui parut clair malgré le crissement des pneus sur le goudron et contre les freins. La voiture s'était arrêtée.

Anne inspira un grand coup, elle avait retenu sa respiration inconsciemment. Elle compris après quelques secondes qu'elle avait percuté l'homme mais, c'était bien le dernier de ses soucis. La reine se tourna vers sa fille pour s'assurer que tout allait bien de son côté, elle même était encore tendue, les doigts fermement agrippés au volant, son pied toujours coincé sur les freins.

-Rob … Robine ? Tu n'as rien ? Ça va ? Le doute filtrait à travers la voix de la directrice.

Elle cherchait frénétiquement le regard de sa fille et se rasséna aussitôt après l'avoir vue. Elle semblait le secouée, peut-être avait-elle même frappé le siège avant, Héra n'aurait pu le dire, elle se félicitait juste que sa fille porta alors, une ceinture de sécurité. Comme Robine avait l'air d'aller bien et que des gens commençaient à s’agglutiner autours d'eux comme une abeille attirée par une fleur, Anne préféra sortir.

Oh, on pouvait dire qu'elle était en colère maintenant, la reine déchue. Elle qui faisait tout pour éviter l'attention, voilà qu'un idiot se jetait sous ses roues. Pour sûr, cela allait entraîner des complications. Elle ouvrit la portière, faisant signe à Robine de rester à l’intérieur, elle ne savait pas dans quel état était l'homme. Les passant s'écartèrent un peu en chuchotant, elle n'en avait cure. Elle était surtout énervé par cet homme inconscient, bien fait pour lui s'il avait fini comme une crêpe sous sa voiture, ça lui appendrais.  

Anne baissa les yeux vers le suicidaire, quand soudain, elle fut frappée par son visage. Un visage qu'elle avait vu il n'y a pas si longtemps que ça. Et dire qu'elle avait tout fait pour que Robine ne rencontre pas son père, voilà que ce dernier tombais du ciel.

-Par Zeus, Zephios qu'est-ce que tu fais ! Grogna-t-elle les dents serrées, Tu n'as rien de plus intelligent à faire ?!

Anne s'étonna quelque peu de la familiarité avec laquelle elle s'était adressée à lui mais, il l'avait énervé et quand elle était énervée, elle oubliait les bonnes manières. Il n'empêche, elle espérait de tout son cœur que Robine ne sorte pas de la voiture.

[HS= ça faisait un moment que j'avais envie de répondre, finalement je me suis lancée, dis, ça ne te gène pas que je ne t’aie écrasé ? D'ailleurs, Robine à l'intention de répondre après, comme ça ils pourront se rencontrer]




Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1086
Date d'inscription : 28/09/2013
Age : 18
Localisation : l'Orphelinat Jean Moulin
Demi dieu
Who am i !

Personnage
Physique: 1m68, fine au corps ferme, cheveux long ondulés rouge, yeux rouges, mignonne :3
Caractère: gentille, aime s'amuser, n'aime pas qu'on parle mal de sa maman
Liens: maman biologique: totalement inconue; papa: nouveau dieu du vent, Zephios ; maman adoptive: Héra/Anne Hooper

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Sam 13 Sep - 19:50



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! »

Feat je sais pas :p





Cette journée était parfaite, Anne avait décidait de faire une sortit pour que nous allions manger des glaces toutes les deux. Nous sommes allées chez le glacier près de la Tour Eiffel que nous avions trouvé il y a un moment et avons commander des gaufres. Nous nous sommes bien amusées et elle avait l'air détendu, ce qui est une bonne chose, ça lui fais un répit avant de retourner s'occuper de toute la paperasse. Nous sommes retournées dans la voiture pour rentrer à l'orphelinat.
Soudain, un homme sortit de nul part surgis sur la route. Anne freine le plus vite possible. Je ne lâchais pas ma ceinture. On sentit quelque chose passer sous les roues. Puis, Anne parvint enfin à arrêter la voiture quelques mètres plus loin. Un peut secouer, je regardais Anne pour m'assurer qu'elle n'avait rien mais au premier coup d’œil, elle n'avait pas l'air blessé.  

  -Rob … Robine ? Tu n'as rien ? Ça va ? dit-elle inquiète.

Je l'a regardais sans pouvoir bouger à cause du choc, je devais me calmer. Les gens commencer à venir voir ce qui c'était passé, et Anne décida de sortir pour aller voir l'homme que nous avions percuté. *L'homme que nous avons percuté?* Puis la mémoire me revint d'un coup. Je revis l'accident, inquiète, je me détachais tant bien que mal et commençais à ouvrir la portière en tremblant un peut. Je sortis en m'appuyant sur le capot de la voiture car mes jambes ne me tenaient plus trop. Je vis Anne à quelques pat du pauvre homme et commençais à me diriger vers eux. Je sentais mes jambes flancher à chaque pat mais je réussi à rejoindre Anne et je m’accrochais à sa manche.

- Maman. dis-je d'une petite voix. Qu'est ce qu'i c'est passé?

Et la, je vis le corps. C'était un homme d'une vingtaine d'années aux cheveux blanc. Effrayé en le croyant mort, je serrais encore plus la manche d'Anne. Je le regardais effrayée sans pouvoir détourner le regard.  Puis, en regardant plus attentivement, je vis sa poitrine bouger, il respirait!!



Code par Alania pour Plumia
Revenir en haut Aller en bas
" Zéphios "
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 11/05/2014
Age : 24
Localisation : Je m'égare.
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Dim 14 Sep - 15:49



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !  »


Le choc fut violent.

Et... être dans un corps de mortel n'aidait pas le rétablissement rapide, voyez-vous ? Et comme la voiture d'un abruti d'être humain l'avait juste légèrement écrasé... Bref, Zéphios était à moitié dead, là. On aurait Paf le chien, mais en beaucoup charismatique, et plus... humain, aussi.

Allongé sur le ventre, la joue sûrement presque déchiquetée par le goudron, il réussit tout de même à rouler sur le dos pour soulager la douleur qu'il ressentait au niveau de son thorax. En fait, tout son corps le faisait souffrir abominablement, mais pas de soucis ! Il allait pouvoir s'évaporer doucement et se reposer tranquillement là-haut. Mais ça ne marchait pas comme ça.

Parce qu'il y avait une complication. Celle-ci ?

Tous les gens autour. Quelle sera leur réaction s'il disparaissait ? Il ne pourrait pas effacer leur mémoire à tous - il ne savait même pas s'il pouvait le faire.

Il fixait difficilement le ciel bleu, aussi bleu que les yeux de son père. Père perdu quelque part dans le monde. Alors qu’il songeait à lui, au grand Zeus, la femme de ce dernier apparut et lui siffla quelques paroles sur un ton qui semblait agacé. Mais bon, le dieu du Vent avait un peu le cerveau en bouillie, là, abruti par la douleur. C’est que les corps mortels n’étaient pas résistants !

Une autre complication. C’était Héra, oui. Mais aussi la jeune fille qui venait de surgir de la voiture. Le cœur de Zéphios manqua un battement. Sa fille… C’était sa fille, son adorable enfant…

Il déglutit. Un goût de sang passa dans sa cavité buccale et il se mit à tousser avec violence, les larmes aux yeux. Même respirer lui faisait mal. « Bordel » aurait été le mot qui lui serait venu à l’esprit s’il avait pu réfléchir calmement. Ou réfléchir tout court, aussi.

Après quelques secondes atroces où il cracha du sang – il avait dû se péter un truc – il souffla furieusement, à l’intention de la Reine déchue :

« L-La ferme, vieille sorcière… Je vois… Je vois que tu tentes toujours de me t… tuer, malgré le fait que… que je t’aie laissé… Plumia… »

A son évocation, son regard glissa sur elle et se fit tendre, malgré le voile de douleur. M*rde, il était un dieu ! Il se devait d’être fort, surtout devant une divinité déchue à la c*n ! Même son visage envoyait des vagues de douleur. Il devait être griffé de partout… Ensanglanté… Il était sûrement effroyable à voir, bon sang. Sa pauvre fille…

Dans un effort surhumain – eh oui, c’est un dieu, tout de même ! – il s’appuya sur la paume de ses mains et se souleva de quelques centimètres à peine avant de retomber dans un cri de souffrance.

« Tu… Tu me le paieras, Hé… Héra… »


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Dim 14 Sep - 17:34
>CODAGE by Liliebia sur Epicode






Ita Diis Placuit !


Anne fut prise un élan de tendresse quand sa fille s’accrocha timidement à sa manche, d'abord, puis avec plus de force lors qu'elle nota la présence de Zephios étendu sur le sol, elle devait être terrifiée.

-Maman, Qu'est ce qu'il c'est passé ?  Demanda-t-elle d'une voix quasiment inaudible.

Anne passa son bras autour de la fillette, la serrant doucement pour la rassurer et pour se rassurer elle même. La vois tremblotante de sa fille avait enserré son cœur dans un étau. Cet idiot aurait pu la blesser. Si une voiture était rentré dans la sienne pendant qu'elle freinait, les dégâts n'auraient pas été négligeable. Surtout de Zephios était un dieu, mais Robine était un humaine, une humaine mortelle, qui pouvait mourir. Anne ne voulait pas perdre sa fille comme elle avait perdu ses autres enfants.

-C'est rien, ma chérie, ne regarde pas. Regarde-moi, juste moi, d'accord ? Tu peux faire ça ?

Anne parlait de sa voix de mère, une voix douce avec un timbre rassurant. Elle serrait un peu plus Robine. En effet, il valait mieux que la jeune fille ne voie pas ça. Zephios était amoché était un euphémisme. C'était presque une boucherie. Héra ne cillait pas, habituée aux horreurs en tous genre, elle savait aussi, contrairement à d'autres, que l'homme étendu sur le sol était un dieu et que s'il le voulait il pouvait se guérir, encore fallait-il qu'il puisse rejoindre l'Olympe. Plus pour sa fille, que par compassion envers le dieu, elle pris les choses en mains :

-Écartez-vous, laissez le respirer, il faut que quelqu'un appelle le Samu, ordonna-t-elle.

La foule eut un mouvement et elle recula, laissant Anne, Robine et Zephios au milieu d'un cercle humain.
La directrice ne voulait pas que Robine, d'un, ne voit d'un son père, de deux, autant de sang. Anne allait s'agenouiller pour porter secours à Zephios, d'une quelconque manière, quand les paroles hachées emplis de venin qu'il lui adressa atteignirent ses oreilles :

-L-La ferme, vieille sorcière… Je vois… Je vois que tu tentes toujours de me t… tuer, malgré le fait que… que je t’aie laissé… Plumia…

Héra grinça des dents. Elle fulminait, comment osait-il insinuer qu'elle essayait de le tuer. Premièrement elle n'avait jamais essayé auparavant … Non c'était faux, il y a des siècles qu'elle avait essayé de le tuer, quand il était venu sur l'Olympe. Bah ! C'était il y a longtemps, pas de quoi en faire un drame. Et puis il n'était pas mort, de quoi se plaignait-il donc ?

Néanmoins, Anne n'appréciait pas ces accusations, surtout ce qu'il insinuait «  je t’aie laissé… Plumia » Comment osait-il dire une telle chose, lui qui l'avait abandonné ? Mais c'était là, l'éternel défi qui les opposait, Anne savait qu'il ne servait à rien d'argumenter et que de toute manière il n'était pas en état. La directrice fut prise d'une soudaine envie de le laisser là et de partir. Les derniers mots qu'il prononça après qu'il ait essayé de se lever lui donnèrent, malheureusement, raison.

-Tu… Tu me le paieras, Hé… Héra…

Cette dernière sentit son sang se glacer dans ses veines. C'était cette même expression, cette même haine qui brillait dans ses yeux améthystes. Oui, Zephios était bien le fils de Zeus. Anne faillit reculer mais son emprise sur Robine l'en empêcha. Elle se ressaisit tant bien que mal :

-Nous verrons bien, Zephios, qui de nous deux est dans la meilleure posture pour menacer en ce moment ! Siffla-t-elle.

En effet, malgré le résidu de crainte qui persistait en elle, Héra se sentait déjà plus forte, de part sa position sur élevée par rapport à lui et par ses paroles, qui lui avaient redonné fois en ses capacités. Elle était même tentée, pour lui prouver ses dires, de remonter dans la voiture pour lui repasser dessus quelques fois. Néanmoins, Anne doutais que cela plairait aux agents de police et elle était déjà prisonnière de cet aspect mortel pour ne pas avoir besoin d'aller dans une cellule en plus. Une pensée lui traversa l'esprit, seul une dieu peut ''tuer'' un autre dieu. Pouvait-elle tuer Zephios ? Cela la débarrasserait de tant de problèmes !

C'était ce genre de pensées idiotes et sans queue ni tête qui traversaient actuellement l'esprit de la déesse. Si cet idiot de dieux de pacotille avait été un peu plus censé, rien de tout cela ne serait arrivé, ou bien, il serait moins amoché et elle aurait pu l'emmener à l'orphelinat, là ou il aurait pu passer inaperçue et puis disparaître. Mais, non, il avait fallut qu'il se jette sous ses roues et qu'il soit complètement écorché. Et vu le sang qu'il avait craché, il n'était pas seulement écorché.

Le problème était que maintenant, Anne devait attendre les secours et devrait aussi payer une amande ou un truc du même genre, la dernière fois qu'elle avait renversé quelqu'un c'était à calèche et on ne lui avait alors rien dit. A cette époque, renverser quelqu'un entraînait tout un tas de complications dont elle se passerait.

En parlant de complication. Se pourrait-il que Robine ait entendu Zephios l'appeler Héra. Bien que la fillette soit sa fille adoptive, Anne ne lui avait jamais rien dit de sa véritable identité. Non quand bien même elle l'aurait entendu elle l'aurait pris pour un fou. Ou tout du moins Héra l'espérait.

-Robine, retourne dans la voiture,  c'est un ordre.  

Il était trop dangereux pour la fillette que de rester ici. Anne ne savait pas comment Zephios pouvait réagir et même écrasé, déchiré, brûlé ou autre, il restait un dieu. Et Anne savait mieux que quiconque qu'il valait mieux ne pas mettre un dieu en colère. Elle préférait savoir sa fille en sécurité dans la voiture, loin de lui.



Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1086
Date d'inscription : 28/09/2013
Age : 18
Localisation : l'Orphelinat Jean Moulin
Demi dieu
Who am i !

Personnage
Physique: 1m68, fine au corps ferme, cheveux long ondulés rouge, yeux rouges, mignonne :3
Caractère: gentille, aime s'amuser, n'aime pas qu'on parle mal de sa maman
Liens: maman biologique: totalement inconue; papa: nouveau dieu du vent, Zephios ; maman adoptive: Héra/Anne Hooper

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Dim 14 Sep - 21:17



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! »

Feat je sais pas :p




Elle entoura mes épaules et me serra contre elle.

-C'est rien, ma chérie, ne regarde pas. Regarde-moi, juste moi, d'accord ? Tu peux faire ça ?

Je ne voulais pas détourner le regard, je voulais savoir comment il allait. Il était bien amoché, le pauvre, j'en eu les larmes aux yeux. Anne me serra un peut plus et cria:


-Écartez-vous, laissez le respirer, il faut que quelqu'un appelle le Samu

Tout le monde lui obéit, nous laissant tous les trois au milieu du cercle qui s'était formé. Soudain, l'homme parla.

-L-La ferme, vieille sorcière… Je vois… Je vois que tu tentes toujours de me t… tuer, malgré le fait que… que je t’aie laissé… Plumia…

Ça devait lui faire terriblement mal de parler car son visage était crispé. Je ne comprenais pas pourquoi il avait appelé Anne "veille sorcière". Serte elle lui avait roulé dessus mais quand même. Et puis, qui était cette Plumia dont il parlais, il n'y en a aucune de ce nom à l'orphelinat.

-Tu… Tu me le paieras, Hé… Héra…

Il devait délirer, pourquoi appeler Anne Héra? Ce pourrait-il qu'el...

-Nous verrons bien, Zephios, qui de nous deux est dans la meilleure posture pour menacer en ce moment ! répondit-elle sèchement en interrompant le cour des mes pensées.

Je la sentais bouillir intérieurement. Les paroles de l'homme ne lui avaient pas plus.Et apparemment, ils se connaissent. Elle m'ordonna:

-Robine, retourne dans la voiture,  c'est un ordre.

Je ne voulais pas être mise à l'écart, je lui répondis:

-Non , je ne veux pas que pas partir. Je veux savoir de quoi il parle, savoir qui est cette Plumia! je regardais l'inconnue et lui demandais, qui êtes vous?



Code par Alania pour Plumia
Revenir en haut Aller en bas
" Zéphios "
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 11/05/2014
Age : 24
Localisation : Je m'égare.
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Mar 16 Sep - 18:41



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !  »


Zéphios était bien content d’être un dieu de la Nouvelle-Oympe, et Héra seulement une déchue car à ce moment, elle était vraiment effrayante… Heureusement qu’elle avait été privée de ses pouvoirs !

Sa voix lui faisait mal à la tête, si menaçante, si agacée… Elle lui rappela cette scène traumatisante où il avait été un acteur forcé, puis blessé. Sauf qu’elle avait été beaucoup plus en colère, l’autre fois… Entourée d’une aura intimidante, le garçon qu’il était à l’époque aurait pu faire sur lui. Pas très glorieux, n’est-ce pas ?

« Robine, retourne dans la voiture,  c'est un ordre. »

Le dieu eut un soupir. Il voulait juste la voir, devant elle, encore un peu plus… Cette reine ne voulait décidément pas lui faire plaisir ! Il la soupçonnait même de lire ses souhaits et de faire exactement le contraire pour le faire ch*er. Mais ça, bon, c’était dans sa tête, au petit Zéphios – qui avait quand même plus d’un siècle, environ.

« Non, je ne veux pas que pas partir. Je veux savoir de quoi il parle, savoir qui est cette Plumia! Qui êtes vous? »

L’interpellé tenta un sourire devant la ténacité de sa fille mais il ne put que grimacer. Foutu incident. Foutue Héra. FOUTUE NYMPHE ! …Bref, calmons-nous.

Après cet essai, Zéphios poussa un minuscule soupir. Que devait-il faire ? La laisser ignorante à propos de ses origines ? Ou tout lui révéler, en vitesse, avec le risque de la choquer ? Il ne voulait pas qu’elle eût mal. Il voulait le bonheur de la jeune fille. Mais pouvait-il – ou pouvaient-ils – garder le secret plus longtemps ?

Le dieu décida alors de dire un certain côté de la grosse vérité. Prenant une inspiration qui lui causa une autre quinte de toux, il réussit tout de même à souffler :

« Plumia… C’est toi. »

Tant de tendresse et de douleur contenues dans sa voix.

« Et moi… moi je te connais. Mais tu ne sais rien sur moi. »

Quand ? Quand pourrait-il monter à l’Olympe ? Quand Héra aurait-elle l’intelligence d’éloigner Plumia, que ce soit de gré ou de force ? Ne voyait donc elle pas qu’il souffrait, qu’il devait aller se soigner ? Ou était-elle juste sadique, au point de l’empêcher de partir, sous les yeux de témoins mortels bien trop nombreux ?


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Mar 16 Sep - 20:42
>CODAGE by Liliebia sur Epicode






Ita Diis Placuit !


-Non !

Anne cligna des yeux plusieurs fois, pas très sûre que ce qu'elle avait entendu. Sa fille, Robine,  s'opposait à elle. Anne était abasourdie. C'était la première fois que la fillette s’opposait à elle, qu'elle osait lui répondre franchement au risque de se faire punir. Anne aurait du être en colère mais, la seule pensée qui lui occupait l'esprit en ce moment même était : Mon bébé a grandi. C’était idiot certes, ça n'avait certainement pas sa place à ce moment là, mais c'était la seule chose cohérente qui traversait l'esprit de la déesse.

Elle était tellement surprise que finalement, elle ne répliqua rien. Il n'empêchait, qu'elle ne pouvait s'empêcher de grommeler intérieurement. Sa fille avait bien choisit son moment pour faire une crise d’adolescence ! Elle espérait seulement que Zephios soit en trop mauvais état pour ne serai-ce que penser à répondre à la jeune fille. Quitte à lui écraser le visage par ''inadvertance'' s'il le fallait.

En réalité, Anne ne savait plus que faire dans cette situation. Elle ne pouvait pas simplement partir et laisser la foule compacte en plans. D’ailleurs celle-ci commençait à s’agiter. Des chuchotement passaient  de temps en temps en effleurant l’ouïe d'Héra, sans qu'elle n'en comprenne bien le sens, non pas qu'elle cherche à le comprendre de toute manière. Les humains étaient biens embêtant.  Mais d'un autre côté, ils lui donnaient une excuse pour laisser Zephios souffrir. Bien qu'Anne le respecte pour le choix qu'il avait fait il y  a quelques temps de cela, en lui ''laissant'' sa fille sans faire d'histoire, il n'en restait pas moins un ennemi et pire que tout ! Uun fils de Zeus !

Ah ! Elle l'aurait bien étrangle celui-là. Autant Zeus que Zephios à vrai dire. Le premier pour son infidélité, ce n'était même plus amusant que de pourchasser ses amantes, et le second pour … et bien d'une part pour être né et d'une seconde part pour s'être allié à la verdure, Alania, qui avait détrôné les olympiens.

Enfin, Héra avait tout de même un peu de plaisir à le voir souffrir. Oui, c'était quelque peu malsain mais, Héra était une déesse et n'avait pas vraiment le même sens moral que les humains, auquel cas elle aurait certainement quitté son mari depuis longtemps, ou alors elle serait assaille de remords.

Anne regardait une grimace qui devait certainement être à la base un sourire, défigurer la face du dieu. Il devait certainement être vraiment blessé. Elle le vit soupirer puis inspirer. Ce simple geste valut au tout nouveau dieu une quinte de toux qui fit presque sourire Héra. Oui, si vous hésitiez encore, je vous l'affirme, Héra est insensible, méchante et tout ce que vous voulez.  

Cependant cette ombre de sourire se transforma rapidement en une moue des plus réprobatrice. Non pas réprobatrice, c'était autre chose, plus instinctif, comme une angoisse. Ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait exprimer par des mots, tout son être criait : NON !. Mais, elle ne fit rien, tétanisée. Tout cela à cause de trois mots. Trois stupides mots qui signifiaient tout et rien en même temps.

-Plumia… C’est toi. 

Anne frissonna de tout son être, comme si elle venait d'entrer en contact avec un courant électrique. Ce qui métaphoriquement était exact. Il devait se taire. Il fallait qu'il se taise. CHUT ! TAIS-TOI ! Hurlait-elle dans sa tête. Pas un mot de plus !

-Et moi… moi je te connais. Mais tu ne sais rien sur moi. 

Peut-être avait-il l'intention de continuer à parler. Peut-être allait-il tout révéler à Robine. Ou alors avait-il simplement fini, à bout de souffle de parler. Héra ne réfléchit à aucune de ses possibilités. Elle ne réfléchissait à rien. Un seul instinct l'habitait. Ce n'était même pas un résonnement logique. Du pur instinct, quelque chose de viscéral, qui vous tord votre être en deux. Qu'elle que chose qui graissait en vous et qui menaçait d'exploser à tout moment. Anne sentait des picotement dans ton son corps. C'était purement bestial, elle avait envie d'écraser la tête du dieu contre le goudron, de le morde, de le griffer. Oui de le morde, Héra avait envie de morde quelque chose. Cet homme, plus que jamais représentait une menace. Anne fit un pas en avant, pas très sûr de ce qu'elle faisait, ce pas fut comme un déclencheur, un bouton ''on'', le cri fusa, faisant taire la foule, passant même au dessus du bruit des sirènes qui annonçaient l'arrivée des secours.

-TAIS-TOI !

C'était parfaitement articulé, parfaitement clair. Anne était tiraillée, déchirée entre deux émotions contraire. La Peur. Non pas la Peur pour elle même, la Peur de perdre sa fille. C'était la Peur avec un grand ''P'', cette Peur qui surpasse même la terreur. Si elle n'était pas certaine que Phobos fut détrôné, elle aurait juré avoir sentit son souffle contre son oreille. Et puis il y avait la Colère. Bestiale, qui lui donnait envie de tout détruire. Oh oui, le grand, le puissant Zeus était crains pour ses colères terribles qui faisaient trembler jusqu'aux fondations de l'Olympe. Mais certaines colère d'Héra n'avaient rien à envier à celles de son époux. Il fallait croire qu'Arès tenait bien de ses parents.

Cette colère pouvait se voir à travers ses points fermés, ses ongles s’enfonçant dans la paume de sa main, ses dents serrées, sa lèvre supérieure retroussée ses yeux qui brillaient presque de rage et de détermination, ses muscles crispés, ses narines dilatées.

Cependant, maintenant de le cri avait jaillit, elle se sentait la tête froide, lucide. Et bien que ces deux sentiments la tiraillent intérieurement, son esprit lui restait clair, ce qui n'était pourtant pas le cas quelques secondes au paravent. Zephios, allait payer. Il allait souffrir comme il n'avait jamais souffert. Et jamais, par Zeus, jamais, il ne lui prendrait SA fille.




Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1086
Date d'inscription : 28/09/2013
Age : 18
Localisation : l'Orphelinat Jean Moulin
Demi dieu
Who am i !

Personnage
Physique: 1m68, fine au corps ferme, cheveux long ondulés rouge, yeux rouges, mignonne :3
Caractère: gentille, aime s'amuser, n'aime pas qu'on parle mal de sa maman
Liens: maman biologique: totalement inconue; papa: nouveau dieu du vent, Zephios ; maman adoptive: Héra/Anne Hooper

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Ven 19 Sep - 18:04



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! »

Feat je sais pas :p




Je ne regardais plus Anne, j'étais focalisée sur l'homme.Il me regardait, fis une grimace, toussa et dit:

Plumia… C’est toi.

Je ne répondis rien, il continua:

Et moi… moi je te connais. Mais tu ne sais rien sur moi.

Je ne bougeais plus. Moi, Plumia?! qu'est ce que ça veut dire.  Je réfléchissais quand soudain je me rappelais des phrases de ce Zéphios. "malgré le fait que que je t’aie laissé Plumia", donc Plumia est la fille de cette homme, mais si Plumia c'est moi, alors,..... C'EST MON PERE!!!!! Je n'arrivais plus à bouger ni à respirais, j'étais paralysée. Je n'entendis même pas Anne quand elle cria. J'avais les larmes aux yeux. Je dis d'une petite voix:

-Alors..... c'est toi mon .....p-père?

Je commençais à voir trouble, mes jambes fléchirent et je me retrouvais à genoux près de Zéphios. Je n'arrivais pas à me reprendre, mes larmes coulaient abondement sans que je ne m'en rende compte. Je regardais mon prétendu père fixement.

-Ce n'est pas possible. Je n'ai pas de père, ma seul famille a toujours été Anne et les membres de l'orphelinat. Pourquoi tu m'as abandonné? Où étais-tu tout ce temps?

Mon cerveau avait comme qui dirait, bugger. Je réfléchissais à haute voix. Je voulais que Anne vienne et me dise que j'avais fais un cauchemar, je veux qu'elle me serre dans ses bras. Pourquoi ai-je voulu connaitre la vérité?!      



Code par Alania pour Plumia
Revenir en haut Aller en bas
" Zéphios "
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 11/05/2014
Age : 24
Localisation : Je m'égare.
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Dim 28 Sep - 19:02



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !  »


Il la sentait approcher. A grands pas, fonçant sur lui. Il ferma les yeux. De peur ? Il ne savait pas. Il était prêt à prier Alania, en oubliant qu’il pouvait s’échapper à tout moment. La panique, que voulez-vous ? Il était angoissé, la gorge nouée, les poumons défoncés, comme le reste de son pauvre corps de mortel.

Il sentait approcher la Mort – ou peut-être Viridyos… Qui sait ? –, qui possédait le corps de la reine déchue. Effrayante, cette femme, n’est-ce pas ? Si humaine, mais si divine à la fois… Humaine, car elle aimait sa fille plus que tout. Et divine, pour l’aura qui se dégageait d’elle.

Puis Zéphios se désintéressa – non, il s’obligea à détourner les yeux de la femme démoniaque – d’Héra et ses yeux se rivèrent sur le visage inquiet – non, même plus – de sa fille. Un sentiment qui ne parvint pas à identifier dominait dans les traits de Plumia, même émotion qui se distinguait dans ses beaux yeux. Le dieu sentit son cœur se serrer légèrement, à la vue sublime de sa fille. La sienne. Mais celle d’Héra, en même temps. Il l’aimait tellement, cette petite. Si forte, si brave, si émouvante.

Mais son visage plein de larmes… Non, non, il ne pouvait pas supporter. Elle ne devait pas pleurer. Sa chérie pleine de vie ne devait pas verser de mauvaises larmes. Il se devait de la consoler, mais être au bord de l’inconscience, la douleur étant trop forte, ça n’aidait pas trop.

« Ce n'est pas possible. Je n'ai pas de père, ma seul famille a toujours été Anne et les membres de l'orphelinat. Pourquoi tu m'as abandonné? Où étais-tu tout ce temps? »

Le visage de la divinité se tordit plus encore, blessé. Même s’il s’y attendait. Plumia n’allait pas lui sauter au cou, non plus, en sachant qu’il l’avait laissée ! Mais ça lui faisait mal. De voir cette souffrance, cette peur dans les yeux de son trésor, de sa fille qu’il avait si lâchement abandonné.

Il s’en voulait terriblement, il en voulait terriblement à Héra aussi, mais ça, on le savait tous déjà.

« Je… Je suis désolé… »

Ce filet de voix transportant quelques paroles tremblantes ne tentait pas de se faire entendre des gens autour. Un dieu n’avait pas à s’excuser. Mais c’était sa fille. Son unique. Il devait le faire avant de partir. Il se sentait frustré. Il ne pouvait pas lui expliquer les circonstances, qui ont fait qu’il ait dû la laisser à l’orphelinat… Ce sentiment, en plus de la souffrance, lui paralysait les muscles et lui donnait envie de pleurer.

Il devait être un des seuls dieux qui éprouvait autant de sentiments. Et ça faisait mal, d’être aussi humain.

Puis à contrecœur, il serra les dents avant de demander à la directrice de l’orphelinat de sa voix la plus forte :

«  Éloigne-les tous. »


C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Mar 30 Sep - 18:31
>CODAGE by Liliebia sur Epicode






Ita Diis Placuit !


Anne  eu un mouvement vers sa fille après avoir vu cette dernière couler lentement sur le sol. Elle ne bougea sinon, pas plus. Son cri, poussé plutôt, l'avait assénée et elle savait que si elle ne pouvait pas empêcher Robine de connaître la vérité sur son père, elle pourrait au moins faire en sorte qu'elle ne le revoit plus jamais.

Déjà, le cerveau de la déesse déchue commençait a échafauder des plans pour se débarrasser de Zephios. Lui repasser dessus avec la voiture n'étant pas une option. C'était d'un, totalement inutile dans le sens ou il survivrai de toute manière, de deux, il y avait trop de témoin et elle ne voulait certainement pas se faire remarquer. Non, il lui fallait quelque chose digne du taon d'Io. Chose en soi difficile à réalisé vu  le manque de moyen. Elle devait le vaincre par la ruse. Ou tout du moins, l'empêcher de revenir.

Son regard dériva un peu vers le père et sa fille qui semblaient être des personnages d'une fameuse tragédie grecque. Tout, le décor, les personnages, la situation en elle-même eu fait pensé a une de ces pièces au terrible dénouement. Et pour ne rien changer, Héra espérait bien être celle qui porterai le dernier coup de couteau, en plein dans le cœur du fils indigne de son époux.

Oui, en s'y penchant plus sérieusement, on pouvait déceler  tous ces détails qui alimentaient la haine de la reine déchue à l'égard du garçon  échoué sur le  sol. Il était, pour commencé, comme tant d'autres, né de Zeus, Héra aurait bien pu être la déesse des coccus que personne n'aurait été choqués, mais, il eu fallu qu'elle soit la déesse du mariage et qu'elle subisse la honte constante d'avoir a supporter les enfants  illégitimes de son époux, celui-ci était de trop.  Enfin, il semblait vouloir briser le bonheur qui s'était installé depuis l'arrivée de Robine. Mais, surtout, il lui avait volé son trône, son royaume, sa famille.

Ooooh ! Il allait payer, il allait souffrir. Anne savait même, déjà, quelle arme utiliser.

La directrice eu une esquisse de sourire en le voyant galérer , les larmes devaient certainement monter aux yeux du dieu, sensible comme il était, elle ne s'en réjouissait que plus. Lorsqu'il la héla, lui ordonnant de faire partir les mortels, Anne ne fit rien pour le contredire. Elle lui tourna simplement le dos, interpellant la foule, lui demandant de reculer encore. Elle s'adressait à eux avec la fermeté et l'autorité de la reine qu'elle était. Pas un n'osa répliquer à l'intimidante femme.

Elle n'en avait pas fini avec Zephios et ne comptait pas le laisser partir comme ça. Pour tout dire, elle n'avait même pas commencé.

Avec douceur, elle s’accroupit aux côtés de Robine, passant un bras autour de ses épaules et l'attirant vers elle dans un câlin maternel. Elle chuchota, assez fort pour que Zephios puisse tout entendre, mais avec son ton de maman :

-Hey, mon cœur, regarde moi, tout va  bien. Comme tu l'as compris cet homme est ton père, elle  se tut quelques secondes avant de reprendre en caressant le dos de la fillette, Alors, je suppose que maintenant tu n'as plus de raisons de rester avec moi. Il suffit juste que tu partes avec lui, que tu me laisse seule dans l'orphelinat, c'est ainsi que ça doit se passer. Tu as enfin retrouvé ton père, celui qui t'as abandonné et que tu cherchais depuis tant de temps, alors mon cœur, n'hésite pas par avec lui. Tu pourra peut-être rattraper toutes ces années perdues avec moi après qu'il t'ai laissé, tu pourras rencontrer ta famille, elle tenta de sourire malgré l’émotion qui lui serrai la gorge, Tu dois être si heureuse ! Oh, mon bébé, comme tu dois être heureuse !

Anne souriait toujours gentiment malgré le flot d'émotion qui lui donnaient envie de pleurer. Mais, Anne ne pleurait pas, peut-être que les larmes s'amassaient au bord de ses yeux, mais elle ne pleurait pas. Non, après tout, elle connaissait bien sa fille, elle espérait bien la connaître. Sa fille, ou tout du moins l'idée hypothétique qu'elle en a , ne la laisserai jamais tomber, pas après un tel discourt ni à un tel moment. Anne était pour ainsi dire assez fière des insinuation plus ou moins subtilement glissées dans son discourt et si elle savait que Robine ne le noterai peut-être pas, Zephios, lui, en prendrait compte.

Après tout c'est bien vrai, il l'a abandonné, Héra l'a élevée. Qui est le vrai parent, celui du sang, ou celui du cœur ? Telle est la question aurait-on pu dire.



Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1086
Date d'inscription : 28/09/2013
Age : 18
Localisation : l'Orphelinat Jean Moulin
Demi dieu
Who am i !

Personnage
Physique: 1m68, fine au corps ferme, cheveux long ondulés rouge, yeux rouges, mignonne :3
Caractère: gentille, aime s'amuser, n'aime pas qu'on parle mal de sa maman
Liens: maman biologique: totalement inconue; papa: nouveau dieu du vent, Zephios ; maman adoptive: Héra/Anne Hooper

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Ven 17 Oct - 10:30



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! »

Feat je sais pas :p





- Je… Je suis désolé…

Je ne savais pas quoi penser, il s'était excusé d'une faible voix, lui aussi devait souffrir. Puis il héla Anne et lui dit un peu plus fort:

-Éloigne-les tous

Elle exécuta sa demande et toute la foule commença à reculer. Puis, doucement, elle s'approcha de moi et s'accroupit. Elle me dit d'une voix rassurante:

-Hey, mon cœur, regarde moi, tout va  bien. Comme tu l'as compris cet homme est ton père, Elle laissa un blanc et me frotta le dos pour me soutenir.  
Alors, je suppose que maintenant tu n'as plus de raisons de rester avec moi. Il suffit juste que tu partes avec lui, que tu me laisse seule dans l'orphelinat, c'est ainsi que ça doit se passer. Tu as enfin retrouvé ton père, celui qui t'as abandonné et que tu cherchais depuis tant de temps, alors mon cœur, n'hésite pas par avec lui. Tu pourra peut-être rattraper toutes ces années perdues avec moi après qu'il t'ai laissé, tu pourras rencontrer ta famille, Tu dois être si heureuse ! Oh, mon bébé, comme tu dois être heureuse !

Elle me regarda tristement et moi avec étonnement.

-Mais, je ne veux te quitter!!! dis-je les larmes aux yeux. je la pris dans mes bras, ne voulant plus la lâcher. Quelques minutes s'étaient écoulaient. Puis, je dis d'une voix déterminée:

- Mais je ne veux pas non plus ne pas connaitre mon père!!

Je regardais cette homme, mon père, en essayant de trouver une solution pour que je puisse pas quitter l'un ou l'autre. Soudain, l’illumination!

-je sais, je reste vivre avec  ma mère, et de temps en temps j'irais avec mon père, ou il viendra à l’orphelinat pour que l'ont puissent se voir.
 
J'avais repris mes esprits, je ne pouvais pas rester triste, ce n'est pas dans ma nature. moi, je suis toujours joyeuse et pleine de vie. Je regardais Anne dans les yeux et lui dis:

-Je ne pourrai jamais te quitter, tu es ma mère et je t'aime. Mais je veux aussi connaitre mon père.





Code par Alania pour Plumia
Revenir en haut Aller en bas
" Zéphios "
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 11/05/2014
Age : 24
Localisation : Je m'égare.
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Mar 18 Nov - 20:03



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !  »


Zéphios voyait avec soulagement les mortels reculer, obéissant à l'écrasante Anne Hooper. Héra avait bien gardé son autorité remarquable. Enfin, il n'avait pas eu le loisir - ou la malchance ? - de la côtoyer bien longtemps, mais les histoires qu'il entendait parfois la désignaient comme une reine cruelle et une mère affreuse. En effet, qui d'autre aurait jeté le pauvre Héphaïstos du haut de l'Olympe, à par cette... cette... sorcière ?!

Le dieu soupira, un souffle tremblant. Il sentait que ce corps mortel n'allait pas tenir encore très longtemps.

Il vit ladite sorcière approcher. Encore assez conscient pour comprendre ce qu'elle disait à Plumia, il serra les dents, retenant l'envie d'abandonner ce corps humain et de reprendre sa forme divine pour exterminer Héra de suite. Mais sa fille était là. Que dirait-elle de son père, s'il tuait sa mère adoptive ? Elle serait horrifiée. Donc non, mauvaise solution, plan à bannir.

Cette reine déchue était bien la mère d'Athéna. Quelle manipulatrice, quel cerveau... Elle était incroyablement détestable, pourtant. La panique attaqua de nouveau Zéphios de ses griffes acérées et il frissonna de la tête aux pieds, le corps bien douloureux. C'était obligatoire. La jeune fille allait céder aux paroles mielleuses de cette directrice d'orphelinat, cette femme qui l'avait élevée. Elle allait comprendre que lui, Zéphios, son père, n'était pas digne, qu'il n'avait pas réellement voulu d'elle.

Bien sûr il voudrait lui expliquer toute la vérité, mais... mais... Héra était là. Et elle ferait tout pour ne pas que Plumia s'arrache de ses bras pour aller avec le fils de son mari, un vulgaire demi-dieu reconverti en dieu, par sa pire ennemie, en plus ! Non.

'Je sais, je reste vivre avec ma mère, et de temps en temps j'irais avec mon père, ou il viendra à l’orphelinat pour que l'on puisse se voir.'

Le concerné prit une mine encore plus triste, puis ouvrit la bouche, une bouche où le sang coulait, où des dents manquaient de tomber.

'Tu ne peux pas comprendre, ma chérie.'

Il grimaça au surnom affectueux qu'il venait de lui donner, sans même y réfléchir, mais reprit.

'Héra ne voudra pas de moi. Elle me déteste.'

C'était bien la vérité. La reine déchue le haïssait de tout son coeur. Et la blessure sur l'épaule de Zéphios n'était pas vraiment partie, depuis le temps. La rancoeur l'habitait, et la peur aussi. Il était, au fond de lui, terrifié par l'ancienne déesse.

Une nouvelle vague de douleur le submergea, alors qu'il tentait de bouger. Un rictus de souffrance s'imprima sur son visage parsemé de coupures dont le sang ne cessait de couler, lentement. Comment Plumia faisait-elle pour le regarder, dans cet état si affreux ? Avait-elle déjà vu une pire vision ? Il espérait que non.

'Je... Nous devons écourter cette conversation...'

Le souffle lui manquait.

'Je dois aller me restaurer. S'il te plaît, Plumia, reste en sécurité à l'orphelinat...'

Il eut un sourire amer, déformé par la douleur.

'Même Héra n'est pas sotte au point de t'offrir aux monstres qui rôdent...'

Les yeux toujours ouverts, son enveloppe charnelle commença à scintiller, puis à disparaître, comme si elle était balayée par un doux vent.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1086
Date d'inscription : 28/09/2013
Age : 18
Localisation : l'Orphelinat Jean Moulin
Demi dieu
Who am i !

Personnage
Physique: 1m68, fine au corps ferme, cheveux long ondulés rouge, yeux rouges, mignonne :3
Caractère: gentille, aime s'amuser, n'aime pas qu'on parle mal de sa maman
Liens: maman biologique: totalement inconue; papa: nouveau dieu du vent, Zephios ; maman adoptive: Héra/Anne Hooper

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! Jeu 27 Nov - 18:31



« Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours ! »

Feat je sais pas :p




Puis mon père fit une sorte de grimace et me dit peiné:

'Tu ne peux pas comprendre, ma chérie.'

Pourquoi je ne comprendrais pas?! Il repris:

'Héra ne voudra pas de moi. Elle me déteste.'

Mais maman peut comprendre que je veuille te connaitre, elle est adulte, vous êtes adultes quant même, ils me faisaient penser à un frère et une sœur qui se disputent et qui se font des coups bas. Je n'arrivais pas à le quitter du regard, j'avais beau me dire que je devais regarder ailleurs, je n'y arrivais pas.

'Je... Nous devons écourter cette conversation...Je dois aller me restaurer. S'il te plaît, Plumia, reste en sécurité à l'orphelinat...'

J'hocher la tête affirmativement. Je ne voulais pas qu'il parte mais dans l'état ou il était, je ne crois pas qu'il aurait pu rester.

'Même Héra n'est pas sotte au point de t'offrir aux monstres qui rôdent...

Pourquoi aurait-elle voulu m'offrir aux monstres, c'est quand même ma mère. Il commença à briller et disparue en quelques secondes. Je baissais la tête et revins vers Anne:

-dis maman, pourquoi tu, non, vous vous détestez autant?



Code par Alania pour Plumia


bon voilà..... c nul T.T
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !

MessageSujet: Re: Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bouffer le bitume ? Je fais ça tous les jours !
» Grace - « Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament. » (Proverbe chinois)
» [Mission] C'est pas facile tous les jours
» IT'S DELICIOUS - 25/01 à 13h35.
» Explore le chemin de traverse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythologie et ses amis :: Paris :: Rues de Paris :: Tour Eiffel-