Les dieux grecs ont été déchus et réduits à l'etat de mortels par leurs descendants divins, ignorés de tous. Ils ont pris leurs places et créé la Nouvelle Olympe!
 
Nous avons fortement besoin de nouveaux dieux ayant des fonctions importantes! (Ciel, Nuit, Amour etc...)
Un nouveau thème de Printemps est arrivé!

" Invité "
avatar
Who am i !

Le silence pèse, la Guerre approche, la Folie enchaîne...

MessageSujet: Le silence pèse, la Guerre approche, la Folie enchaîne... Jeu 27 Aoû - 18:37
Ambiance estivale s'estompant, une douce chaleur emplit la boutique que tu aères avec insouciance. Le petit encadrement qui surplombe la vitrine de présentation laisse passer une timide brise de début de soirée, permettant aux clients insistants de rester un peu plus longtemps dans une ambiance mortuaire tant le silence est omniprésent. Tandis que quelques partent, ayant terminés une journée d'affaires rondement menée, tu sors une petite bouteille d'eau de sous le comptoir, et te dépêche de la débouchonner avant d'y voler une ou deux gorgées maladroites. "Hah..." Les yeux fermés, en finissant de savourer cette fraîcheur soudaine qui suit le long de ton œsophage, tu essuies tes lèvres mouillées d'un revers rapide de la main droite. Puis tu reposes ta bouteille sur le côté, en lançant un regard impatient sur le dernier client qui traîne dans le rayon d'à côté.

Tu t'accoudes à ton meuble et soupires doucement. C'est sûr, parler d'armes à longueur de journée, c'est toujours mieux que de passer le balai dans la succursale. Mais ça ne fait pas tout. Qu'est-ce que tu t'ennuies... Tu t'étonnes à penser à t'amuser, ne serait-ce qu'en discutant. Vraiment ? Juste en parlant ? Comme... Comme les gens normaux ? Damn... Tu secoues vivement ta tête et revient à la réalité, une goutte suintant le long de ta tempe. Tu fais longer un regard stressé sur ta boutique, mais tu te calmes assez vite. Et finalement, tu remarques ton dernier client mécontent, impatient de passer à la caisse.

-Je voudrais acheter ça, s'il vous plaît.

Les mots t'étaient presque lancés comme une insulte. Comme si la personne te prenait pour son chien. Ce ne serait pas la première fois qu'on te traiterait de la sorte. En revanche, c'est bien la première fois que tu n'agis pas en conséquence. La fainéantise n'a pas gagné la Guerre, mais cette bataille, oui. Enfin... Répondons vite fait à cet abruti, que tu puisses t'en débarrasser. Tu louches alors sur le morceau de ferraille qui t'est présenté. Un simple karambit. Rien de bien spécial. Cette fine lame en crochet à l'acier aussi sombre qu'effilé. Une bonne pièce de ta marchandise, mais comparé à certaines autres lames, ce couteau n'a pas vraiment de valeur...

-Cent euros.

... Oui, bon, ça n'a pas vraiment de valeur pour un collectionneur, roh...

-Je vous demande pardon ? Pour cette espèce de bébé serpe ?! C'est ahurissant de le vendre à un tel prix !
-Cent cinquante. Pour votre manque de politesse, et parce que vous êtes un inculte.

Tu rigoles légèrement. Au moins, la bêtise de l'Homme t'amusera toujours un peu. Tu fixais longuement cette perle de son espèce, en le narguant de tes yeux accusateurs. Ce manque de bruit intense faisait peser une certaine oppression sur le pauvre, et tu n'hésites pas non plus à aider l'ambiance par l'expression insoutenable de ton aura meurtrière. Il savait bien que tu étais le seul vendeur de ce genre de trouvailles qui soit légal dans le coin. Il n'avait pas le choix. C'est finalement quand sa transpiration lui fit signe de vite s'en aller qu'il se dépêcha...

-Bon, bon, d'accord... Tenez, le voilà votre argent !

Tu regardes les trois billets de cinquante flotter jusqu'à l'acajou qui forme ton meuble, et tu souris, satisfait. Et une réussite de plus, une ! La porte claque, et le glas résonne alors dans le vide qui vient alors t'accompagner dans cette drôle de solitude. *clic-chting !* Tu ouvres ta caisse, et range les billets soigneusement, puis tu refermes le tiroir. Tu voles ta bouteille pour y reprendre une autre gorgée, avant de soupirer calmement. C'est tout de même vite passé... Tu aurais peut-être du plus t'amuser avec cet idiot. Quelle heure est-il, exactement... ? Une fois ton poignet tendu, tu arques un sourcil curieux en direction des aiguilles de ta nouvelle montre d'occasion, indiquant le temps actuel. 18h33, tel le mécanisme le raconte.

Pff... Tu ne vas pas encore fermer. Ce n'est ni l'heure, ni l'envie qui t'en prend. Tu n'as pas grand chose à faire dehors, et tu n'as pas trop envie de te balader pour le moment. Espérons que quelqu'un d'autre va passer...
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'ombre de la guerre approche...
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» La folie des BAM ! [FINI]
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythologie et ses amis :: Paris :: Rues de Paris :: Place de la Concorde-