Les dieux grecs ont été déchus et réduits à l'etat de mortels par leurs descendants divins, ignorés de tous. Ils ont pris leurs places et créé la Nouvelle Olympe!
 
Nous avons fortement besoin de nouveaux dieux ayant des fonctions importantes! (Ciel, Nuit, Amour etc...)
Un nouveau thème de Printemps est arrivé!

avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3

MessageSujet: La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3 Ven 21 Aoû - 9:32





La Leçon du Jour !


Leçon du jour n°3 qui vous tombe sur le coin de la gueule avec une violence de l’extrême, mes petits cafards prétendument rôlistes ♫. Oui, cela fait longtemps, ce sont plus des leçons bisannuelles au rythme où je les poste, mais on s’en fout, ce n’est pas le sujet.


Les mêmes règles que d’habitudes s’appliquent ; respect, discipline et bienvenue des remarques/critiques plus ou moins constructives.


Tout d’abord, sachez que je continue à réfléchir sur une leçon plus complète sur des sujets ayant un lien avec l’orthographe, mais n’en étant pas forcément le thème central. Il sera plutôt question de la bonne expression de façon plus générale, toujours en lien avec ces superbes choses que sont l’écriture et le jeu de rôle. Sans plus de préambule inutile, si vous le voulez bien –ou non en fait, c’est même tarif-, entrons dans le vif du sujet;

Mme de Sévigné disait de La Fontaine : Cela est peint. Magnifique éloge, et digne de tenter quiconque aspire à un certain talent de plume.

Pour bien "peindre", que faut-il ? Où sont les ressources ? Où sont les obstacles ? Tous les mots, quels qu'ils soient, peuvent à l'occasion trouver place dans certains combinaisons de nature à faire image. Néanmoins, il existe des mots "incolores" par eux-mêmes. Ce sont :
►Les verbes et substantifs d'un sens très étendu, tels que chose, hommes, gens, personnes, faire, dire, mettre, avoir, être...
►Le pronom ( qui représente le substantif à peu près comme un morceau de carton tient lieu d'une pièce d'or)
► Les mots invariables, notamment les adverbes et les conjonctions.

De toute évidence, nul ne saurait se passer de tels mots, si ternes qu'on les trouve, mais le véritable rôliste écrivain en usera avec réserve, les enchâssera avec adresse, travaillera à en réduire le nombre, supprimera les uns, remplacera les autres. Il s'entend d'ailleurs à butiner dans les régions du vocabulaire où fleurit le pittoresque.

Ici, les ressources ne sauraient manquer : substantifs d'une portée suffisamment précise, adjectifs qualificatifs, verbes intransitifs, participes adjectifs s'offriront à l'envi pour enrichir sa palette de teintes les plus brillantes et les plus variées qui soient.


En second lieu, rappelez-vous qu'en prose comme en vers :

La plus noble pensée,
Ne peut peut plaire quand l'oreille est blessée.
(Boileau)


Nombreux et variés sont les obstacles à l'euphonie. Je me contenterai d'en signaler deux, qui sont parmi les plus difficiles à éviter :
L'accumulation des gutturales (qui, que, quoique, en cas que, parce que, etc...)
L'abus des terminaisons dites nasales (participes présents et tous les adverbes en "-ment")
Ici, j'envisage uniquement l'harmonie "mécanique", où j'essaye de peindre les sons, qu'il accompagne, appuie et/ou enrobe la tonalité de ma phrase, lui donnant du sens autrement que par le sens même des mots. Là il n'y a pas de théorie définie car le style de tout un chacun reste libre.

On va commencer toutefois par la base des bases, mais basique à un tel point que vous même vous ne vous en êtes probablement jamais rendu compte. Par les lois mêmes de la pensée, et par extension, du discours, il existe deux grands centres d'attraction dans notre langage qu'est la langue français. En effet, notre langue adorée tend à faire prédominer le VERBE (qui tient sous sa coupe le pronom, l'adverbe, et d'éventuelles conjonctions liant deux propositions et donc, deux verbes) et le SUBSTANTIF (qui lui regroupe à ses côtés l'article, l'adjectif, la préposition, et éventuellement un autre substantif en apposition.)

Je sais, vous êtes probablement pour la plupart en train de fouiller fébrilement votre pharmacie afin d'en extraire une salvatrice dose de paracétamol, ou carrément, vous avez préféré quitter ce pavey en voyant la masse de termes plus ou moins techniques que je vous ai balancé à la gueule. Mais les plus courageux ont bien fait de rester, car je vais vous faire comprendre où je veux en venir, grâce au parallèle entre deux petites phrases. Si si la famille, les vrais Sauron et compagnie.

Prenons donc la première.
Ils cédèrent parce qu'on leur promit formellement qu'ils ne seraient pas punis.
Une phrase correcte en soi, mais qui reste quand même d'un style un brin scolaire, et relativement peu français.

Choisissons maintenant une autre rédaction.
Ils cédèrent à une promesse formelle d'impunité.
Ça c'est beau, c'est simple, rapide, efficace, d'une précision chirurgicale.

OHMAGAAAAAD§§§!!!11 Mé komen sa ce fay ?!

J'allais y venir, espèce de sale gomme à mâcher putride que tu es. '-'
Que s'est-il donc passé ? D'où provient l'amélioration ?

La première formulation comprend 3 verbes (cédèrent - promit - seraient punis).
La seconde n'en comprend qu'1, qui est cédèrent.

Le verbe promit s'environne d'un assez conséquent cortège; un conjonction (parce que), deux pronoms (on, leur), ainsi qu'un adverbe (formellement).
A son tour, le verbe à la forme passive seraient punis traîne avec lui une conjonction (que), un pronom (ils) et l'adverbe négatif ne pas.

Dans la seconde rédaction, le substantif promesse, substitué au verbe promit, s'accompagne d'une préposition (à), de l'article indéfini une, et de l'adjectif formelle.
Quant au substantif impunité, tenant lieu du verbe passif, il prend commence introductrice la préposition de, et contient un préfixe privatif (im-), équivalent de l'adverbe ne pas.

Somme toute, qu'avons nous changé ? Par deux fois on a remplacé le verbe et sa suite par le substantif et ses satellites grammaticaux. Le résultat ? Une tournure vraiment française.


En résumé, n'employez qu'avec réserve les pronoms, les adverbes, les conjonctions, les verbes être, avoir, faire, dire, etc et autres platitudes analogues, qui viennent d'elles mêmes se jeter sous la plume, comme pour dispenser à l'écrivain novice de courir à la recherche (ou la googlisation) du mot propre ou du tour élégant.


MAIS QUE L'ON SE COMPRENNE BIEN !


Après tout, les termes en questions demeurent indispensables dans notre langue. Prétendre les frapper d'anathème serait puéril, voire insensé et stupide. Par contre, il importe au dernier point d'en éviter l'abus.

Accumuler dans une période de cinq lignes trois qui, autant de que, un puisque, un lorsque, un parce que, quatre adverbe en -ment, deux participes présents, deux fois le verbe être, trois fois le verbe avoir... Qu'obtiendriez-vous ? Une phrase dissonante, lourde, fastidieuse à lire, une pauvre malheureuse phrase où foisonnent les scories. ( Je vous laisse le bon soin de googler ce dernier terme. Je l'ai fait à 3h du matin, c'est très instructif. Merci Wikipedia. '-' ).

Bon... Maintenant que cette introduction est faite... Car oui, vous venez bien de lire. C'était que l'entrée ça. Et ouaip. Non, nulle folie ni délirium linguistique, il me fallait au moins cela pour aborder le véritable objet de cette Leçon du Jour, qui est le suivant :


LE VERBE ÊTRE ?
         QU’ON LUI COUPE LA TÊTE !!

Oui, vous savez, ce verbe encore plus couteau suisse qu’une machette brésilienne… Mais si, cette chose ignoble que vous dupliquez à toutes les sauces dans vos présentations et descriptions ! Ce même truc qu’on qualifie parfois d’auxiliaire et dont vous massacrez parfois allègrement les accords ! C’est bon ? Vous le voyez ? Vous le voyez bien ?

Okay, parfait, alors maintenant vous allez me faire le malin plaisir de vous asseoir dessus pour mieux l’OUBLIER COMPLÈTEMENT. Vous avez bien lu, si si, et ceci, croyez-moi, est un conseil avisé.



Mais il a rien fait ! Pourquoi le balancer par la fenêtre ?!

Pour une raison toute simple : il se montre TROP passe-partout, et engendre donc pléthore de répétitions qui, à force, finissent par fatiguer l’oreille et les yeux des autres. De plus, le fait qu’il soit si générique dessert grandement la largesse de vocabulaire qu’il recoupe, et de facto, son usage excessif finit par gommer toute la gamme de nuances propre aux autres verbes d’état.

Il s’avère donc primordial de lui trouver des alternatives plus précises, plus nuancées, afin de consolider notre propos, l’étayer, voir de l’imager, tout simplement.


C’est bien beau tout ça Professeur, mais concrètement, ça donne quoi ?



La non-exhaustivité de cette liste étant évidente, je vous laisse le plaisir de trouver vos formulations adéquates, vos tournures propices à l'expression précise de vos pensées... Autrement dit, à la vigueur et l'essence de votre plume !

Sous peu, et si j'ai l'autorisation d'une joueuse, suivra un exemple concret de ce qu'on peut faire avec de la réflexion et du vocabulaire. Sur ces bonnes paroles mes amis, vous pouvez disposez... Et n'oubliez pas, la soif de connaissance ne connait aucune limite, aucune restriction ! Élevez la largesse de vocabulaire au rang d'Art, messieurs et dames rôlistes ! C'est un ordre, que dis-je, un devoir ! Rompez, bande de pleutres ! '-' ♫

* '-' *


Isonomia, Isegoria, Isokrateïa ~ ♫
Egalité de Droit, Egalité de Parole, Egalité des Pouvoirs







Je suis la vengeance, je suis la nuit, je suis...
UNE GRAMMAR NAZI


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3

MessageSujet: Re: La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3 Ven 21 Aoû - 9:54
[ Juste à titre informatif, ma source -accessoirement mini-bible linguistique- pour la rédaction de la partie introductive est le livre de Stylistique Française, Livre du Maître; par Eloi Legrand. Ce bouquin regorge de perles de diamants et de cookies linguistiques pour peu qu'on se donne la peine d'y jeter un coup d'oeil et de l'étudier. Je ne sais pas s'il est encore édité récemment (mon édition a été imprimée en 1938) mais si vous pouvez tomber dessus en bibliothèque... Jetez vous dessus, ne serait-ce que pour feuilleter quelques pages au hasard. Je vous garantie que vous ne serez pas déçu. Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
avatar
Who am i !

La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3

MessageSujet: Re: La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3 Ven 21 Aoû - 13:52
Je tiens à te dire une chose Kat' : je te veux comme prof de français.
Bon, j'avoue, j'ai commencé à vraiment comprendre à partir du paragraphe mentionnant le paracétamol et les Saurons (ce qui précède était et est trop technique pour moi, désolée).
Je suis toujours aussi bluffée par la richesse de ton vocabulaire : j'ai dû utiliser le Larousse minimum 5 fois rien que pour ta leçon et j'admet avoir cherché "scorie".Ceci dit, ça me permet d'améliorer un peu mon langage, enfin, je l'espère.
Sinon, je te remercie de prendre du temps pour nous livrer une aide aussi complète. Personnellement, j'use et j'abuse du verbe "sembler", alors je comprends le problème énoncé au sujet de l'auxiliaire "être". '-'
Ah, les que, qui, parce que, etc, y a rien de pire pour alourdir une phrase (du moins, quand ils sont en trop grand nombre).
Même si tu nous sors peu de leçons, elles sont utiles et de très bonnes qualités. Bravo et merci à toi. Very Happy

De mon côté, j'ai souvent des doutes au niveau des accords, notamment avec les leurs, avoir l'air (elle a l'air heureuse ou elle a l'air heureux ? Je dirais la première, mais sans certitude...) et d'autres qui ne me reviennent pas. J'ai aussi tendance à écrire des phrases à rallonge en abusant des parenthèses, des points-virgules et des deux-points. u_u
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3

MessageSujet: Re: La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Leçon du Jour du Pr Orchedia, n°3
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythologie et ses amis :: Hors RP :: Discussions Littérature-