Les dieux grecs ont été déchus et réduits à l'etat de mortels par leurs descendants divins, ignorés de tous. Ils ont pris leurs places et créé la Nouvelle Olympe!
 
Nous avons fortement besoin de nouveaux dieux ayant des fonctions importantes! (Ciel, Nuit, Amour etc...)
Un nouveau thème de Printemps est arrivé!

avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Ven 14 Nov - 16:10

{Je plante le décor en bonne et due forme. Peut intervenir ici n'importe quel pensionnaire A CONDITION que cela soit COHERENT, surtout si vous n'êtes ni Héra, ni Alyssa. Prévenez moi par mp AVANT de poster au moins, histoire que je m'organise, merci. Don't mess with my business, or i'll make you suffer.}

Face au miroir, Athéna songeait. Elle pensait à sa fille. Le fil passant, elle dériva vers l'Orphelinat. Vers sa Directrice. Vers les Dieux Déchus. Vers ses Souvenirs. Malgré leur manque de netteté, elle ne pouvait se permettre de laisser des détails lui échapper, ou ne point lui revenir. Des choses bougeaient, dans l'ombre. Cela l'inquiétait. Prudence est mère de Sûreté ? C'est pour ça que Paranoïa lui serre une écharpe autour du cou pour faire bleuir si joliment son visage ? Bref. Son reflet arrange une dernière fois son écharpe avant de lui offrir un mince sourire.

Pour l'heure, ce n'était plus le moment de réfléchir à tout cela. Elle aurait déjà ces sujets à ré-aborder dans moins d'une heure. En route. Quoi, comment ça il fait encore nuit ? Il n'était que six heures du matin, que diable ! Bien assez tôt pour que sa belle-mère sois sensée être levée ! Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Ou les prévoyants, au choix. Le trajet se passe sans encombre... Enfin. Si on peut considérer ainsi un voyage où elle traverse la moitié de Paris sans s'attarder face aux quelques passants vomissant leurs tripes dans un coin sombre, les semi-endormis réclamant l'aumône, les Homo cocaïnominis, les pauvres cadres au visage fermé agrippés à leur attaché-case; la plèbe parisienne "moderne" quoi.

Et la voilà enfin face à la bâtisse. Devant elle, le haut portail en fer noir stylisé annonce la couleur. "Orphelinat Jean Moulin". Intéressant choix de nom, qui laissait libre cours aux spéculations et aux interprétations... Autant qu'il pouvait passer pour bateau et passe-partout. Hasard ? Manque d'imagination ? L'un comme l'autre n'aurait guère étonné la déesse déchue, venant de la part de cette chère Héra. Passons donc cette monstruosité de métal et... Ouch !

Ça pour une surprise. Sérieusement ?! Katherina dévisage la porte, le regard noir. Mauvaise surprise. Ou pas. L'électricité statique ne devrait pas l'affecter. Ou du moins, un coup de jus ne lui avait jamais infligé un tel sursaut. Enfin... Si, mais elle ne l'avouerait pas. Jamais. Qui pourrait la croire, de toute façon ? Ce grille-pain n'osa plus tenter quoi que ce soit par la suite. N'empêche, l'épisode l'avait intrigué. Depuis la Grande Débâcle, elle n'avait plus eu d'incartade particulière avec la foudre. Ce retour de flam-... d'électrons ne lui disait rien qui vaille. Le retour de leurs pouvoirs ? Peut être. Mais elle préféra ne pas trop compter là-dessus. Kiwit. Kiwit kiwit.

Ignorant le ton moqueur de l'oiseau vers lequel elle ne daigna même pas lever les yeux, Katherina poussa la porte du bout du pied avant de remonter le chemin vers le bâtiment principal, poing serré. Pas le moment de flancher, et pas plus de temps à perdre. Elle en avait déjà assez perdu avec cette satanée manie de trop penser aux moments les plus inappropriés. Déterminée, la Déesse pose le doigt sur la sonnette retentissante des lieux puis attend, sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Ven 14 Nov - 20:16
>CODAGE by Liliebia sur Epicode






Ita Diis Placuit !


Anne rêvait. Elle rêvait de quelque chose d'étrange. De quelque chose de vraiment étrange même. Mais, le songe restait agréable et la reine déchue n'avait pas envie de se réveiller. A vrai dire, elle rêvait de Zeus, ce dernier  était entrain de … chevaucher un étalon vêtu d'une simple toge d'albâtre.  Non, Héra n'avait pas abusé de substances illicites avant d'aller se coucher, elle avait simplement passé des heures à lire des histoires de chevalier au plus jeunes pensionnaires. Néanmoins, la réalité prenait petit à petit le pas sur le rêve et la déesse commençaient à prendre conscience de son environnement.

Elle se réveilla totalement quelques minutes plus tard en frissonnant, son corps étant à moitié découvert par la couette.  La directrice sortit péniblement du lit, elle aurait préféré rester au chaud sous ses couvertures plutôt que d'avoir à se lever. Mais, entant que directrice de l'orphelinat, elle s'était fait un devoir d'être debout avant ses pensionnaires pour que tout sois prêt afin d’accueillir les monstres, comme elle s'amuse à les surnommer. Enfin, elle s'y était habituée depuis le temps, néanmoins, c'était devenu pire depuis l'arrivée fracassante Lunt. Ce dernier avait cassé un carreaux qui depuis n'était toujours pas réparé mais plutôt rafistolé avec du scotch et du carton en attendant le vitrier. Et pour l'instant, elle avait froid, car le carton n'est pas réputé comme étant le meilleur isolant.

La directrice passa ensuite quelques minutes à se préparer, il fallait encore elle brosse ses cheveux quand une sonnerie retentit, résonant contre les murs de la pièce. Quelqu'un attendais visiblement devant la porte de l'Orphelinat aux … environs de 6 heures du matin, normal. Anne jeta un coup d’œil dehors et vit que la nuit n'avait pas encore laissé place au jour, il fallait vraiment que la raison soit importante pour pousser quelqu'un à cette heure-ci. La reine déchue brosse rapidement ses cheveux, sans s'attarder, bien qu'il restait quelques mèches rebelles qui avaient gardé la forme de la nuit, et sortit de sa chambre puis de son bureau à vive allure avant d'aller ouvrir. Quelle ne fut pas sa stupeur que de découvrir Athéna sous son porche. Par Ouranos, mais que venait faire la déesse de la sagesse chez elle à cette heure-ci ?! Héra s'écarta pour la laisser entrer, son esprit emplis de questions. Elle referma ensuite la porte derrière la blonde avant de poser l'une des multiples questions qui lui brûlaient les lèvres.

-Les Nouveaux Dieux ont attaqué ?

A vrai dire, avant même la politesse de base, cette question était pour l'instant tout ce qui importait à la directrice. Elle n'avait même pas envisagé la possibilité qu'Athéna vienne juste faire une visite de courtoisie.


Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Ven 14 Nov - 22:52
Au diable la politesse ! Cuistre des formalités ! Canard du respect ! (Oui ceci est bel et bien une expression, tenez-le vous pour dit. Bref. A peine entrée voilà que la question fuse... Sans déstabiliser notre chère déesse... Qui prend la peine tout de même de détacher son écharpe et d'ouvrir son manteau avant de dévisager Héra.
Ou devait-elle l'appeler Anne ? Oui, cela vaudrait mieux. Question de discrétion, tout ça. Bref. Pas de pensionnaire en vue. Tant mieux. La Déesse n'aurait pas vraiment apprécié de voir quelques mortelles les déranger. Un fantôme de sourire s'esquisse sur son visage.
_ Crois-tu vraiment que s'ils avaient vraiment attaqué, je me serai contentée de sonner à ta porte ? Bien sûr que non. Du moins, pas encore. J'ai juste besoin de te parler, et le plus tôt vaudra le mieux. Loin des oreilles indiscrètes, si possible. Avec de quoi se désaltérer. Cela pourrait être long. Tu es dans un état épouvantable. Merci je vais bien moi aussi.
Sur ces mots, elle n'attend pas vraiment la brune et s'étire quelque peu, une fois ses quelques effets personnels accrochés aux patères usées du vestibule. Elle avait les muscles de la main encore un peu engourdis. A surveiller. Un soupir lui échappe. Elle se sent lasse et n'apprécie pas vraiment cela. Ce n'était vraiment pas le moment.
_ Anne, j'ai besoin de toute ton attention. Cela "Nous" concerne, Anne. "Nous" les Spoliés.

(Pardon pour la longueur, mais j'allais pas m'étaler non plus... >> )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Sam 15 Nov - 11:09
>CODAGE by Liliebia sur Epicode





Ita Diis Placuit !


La directrice regarda Athéna, ou plutôt Katherina enlever son écharpe et ouvrir son manteau avec une certaine impatience. Tout ce qu'Héra voulait c'était une réponse et elle était sûre qu'Athéna faisait exprès de prendre son temps rien que pour l'énerver. Anne l'aurait presque secouée pour lui dire de se dépêcher. Quand la blonde parla finalement, la reine déchue sentit son corps se détendre un peu :

-Crois-tu vraiment que s'ils avaient vraiment attaqué, je me serai contentée de sonner à ta porte ? Bien sûr que non. Du moins, pas encore. J'ai juste besoin de te parler, et le plus tôt vaudra le mieux. Loin des oreilles indiscrètes, si possible. Avec de quoi se désaltérer. Cela pourrait être long. Tu es dans un état épouvantable. Merci je vais bien moi aussi.

Héra grinça presque des dents tant la réponse de la déesse l'avait énervée.  Elle s'invitait chez elle à pas d'heure, lui refilait sa gamine et maintenant, elle devait aussi lui servir gentiment le thé pendant que madame parlerait, elle devait en plus supporter les critiques. Par Zeus ! La prochaine fois, elle la laissera geler dehors.

-Tu crois réellement que je me soucie de comment tu vas et de ce que tu penses de moi ? Répliqua-t-elle méchamment.

Néanmoins, Katherina avait attiré son attention. Visiblement quelque chose c'était passé de suffisamment important pour que la déesse daigne aller la voir. La suite donna raison à son instinct.

-Anne, j'ai besoin de toute ton attention. Cela "Nous" concerne, Anne. "Nous" les Spoliés.

La déesse déchue fronça un peu les sourcils. Il y avait réellement un problème, donc. Qu'est-ce que cette verdure d'Alania avait encore fait comme idiotie ? Cela avait-il un lien avait le fait qu'elle ai écrasé Zephios quelques jours plutôt ? Enfin, elle en saura plus dans les minutes qui suivrons. Anne regarda rapidement sa montre, les premiers pensionnaires n'allaient pas tarder à se réveiller certainement, le mieux était d'aller immédiatement dans son bureau, de toute manière Héra ne pouvait pas attendre pour savoir ce qui avait amené la déesse de la sagesse ici.

-Tu sais où est mon bureau, je reviens avec du café.  

Sur-ce elle laissa la déesse pour passer dans la cuisine afin de préparer la boisson chaude. Anne se disait qu'un peu de café allait la réveiller, surtout, elle aimait bien le gout amer de la boisson. Elle revint avec deux tasses, un peu de lait et du sucre. Elle posa une tasse devant la déesse avant de s’asseoir en face d'elle.  Se chauffant les mains contre le récipient. Elle mélangea un peu de lait et une dosette de sucre avec une cuillère avant de tourner son attention vers Athéna une expression soucieuse sur le visage.

-Alors, que se passe-t-il ? Est-ce que ... l'un d'entre nous est mort ?

Depuis qu'elle avait été déchue, Anne avait toujours crains cette éventualité. Maintenant qu'ils étaient plus humains que dieux, pouvaient-il mourir. Cette question avait souvent hanté ses nuits et ses pensées. Que se passerait-il si l'un d'entre eux venait à périr.


Nil Sine Numini


© Halloween




[HS: Ne t'inquiète pas pour ça ! Parce que moi c'est le contraire, Rara ne s'étale pas assez ! x'D]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Sam 22 Nov - 0:35
Ne pas sourire. Ne même pas songer à laisser percer un rictus. Ce n'était pas l'envie qui manquait, pourtant elle se contint. Allez savoir pourquoi hein, mais lire la frustration évidente d'Héra laissait une certaine impression de satisfaction à la déesse déchue. Où ça de la puérilité ? N'importe quoi. Il fallait bien profiter des petits plaisirs que nous offrait la vie, non ?

Ne perdant pas plus de temps en palabres inutiles la blonde gravit la volée de marches menant au premier étage. Le couloir prit le temps de la saluer avec un courant d'air aussi silencieux que glacial, alors que ses pas étouffait dans le peu d'épaisseur de moquette au sol. Alyssa était-elle déjà debout, à cette heure ? Probablement. Peut être aurait-elle la chance de la croiser pour discuter également avec elle. En tant que jeune déesse, elle avait le droit de savoir ce qui se tramait, pour prendre également place sur cet échiquier... Qui ne comptait pas forcément deux camps, un noir et un blanc.

Rapidement, elle prit place dans l'un des deux confortables fauteuils disposés face au bureau, lui même précédant trois grandes fenêtres qui offraient une superbe vue sur la cour intérieure de l'établissement. Le ciel commençait déjà à s'éclaircir, les nuages s'effilant à peine, moutons paissant dans le champ bleuâtre du firmament. Un soupir s'échappe de ses lèvres. Au moins ici, Héra semblait plus encline à laisser le chauffage faire son travail... En plus de profiter d'une opulence, à en juger le mobilier et les gigantesques bibliothèques flanquant la porte. Des auteurs connus, moins connus (dont un nom la fit sourire; c'était un pseudonyme), des registres, des historiques de gestion, des fiches d'élèves... Un bureau de directrice quoi. Au moins n'eut-elle pas à attendre trop longtemps.

Sans accorder une parole ou un regard de plus à l'ancienne "Reine" des Dieux (cette expression l'a toujours faite rire de par son absurdité), Katherine se prépare religieusement son café. Deux mesures de lait. TROIS MESURES DE SUCRES. Y'avait pas à chipoter ni à commenter. C'était son équilibre parfait afin de conserver un minimum d'amertume tout en savourant les arômes délicat de cette boisson. Merci à ce bon vieux Christophe pour l'avoir ramené de l'un de ses voyages... Toute une découverte, ce territoire des Amériques... Bref, ce n'était pas le moment pour cela non plus.

La question tomba comme un couperet, la stoppant dans sa gorgée du breuvage chaud. Si l'un d'entre nous était mort ? Un sourire pour le moins amusé éclaire son visage.
Si l'un d'entre nous est décédé ? Par Ouranos non... Pas à ma connaissance en tout cas. Tu ne devrais pas t'en faire pour ta mise en plis. Mais il y aura peut être des morts, prochainement. La pseudo bonne nouvelle, c'est qu'ils ne seront pas forcément dans notre camp.
Ménageant son effet avec soin, Athéna repose doucement sa tasse sur la petite soucoupe posée devant elle. Son regard d'acier se plante dans celui, émeraude, d'Héra. Un sourire mince glisse sur son visage alors que la blonde se laisse le temps de se caler confortablement dans ce fauteuil style Louis XIV aux motifs entrelacés émeraude et saphir, couleurs de la déesse.
Je te parle de quelque chose de plus subtil, mais assez simple pour que tu comprennes ce que cela implique, dans notre situation. Je te parle du fait que j'ai retrouvé Hermès ici, à Paris. Il a pris le nom d'Edmund Allistair, c'est maintenant un coursier... Officiellement. Pas besoin de s'étendre davantage ici pour comprendre. Son silence illustre bien que cela ne doit pas être son activité principale. En fouillant un peu avec lui -tu n'es pas sans savoir que nous avons toujours été proches, lui et moi- et bien je suis en mesure d'affirmer qu'au moins la moitié de notre Panthéon habite dans Paris ou sa banlieue. Ce rassemblement est un étrange nœud du destin qui semble vouloir se resserrer. Et qui se resserrera. Le problème est que j'ignore quand et comment il cassera, mais je pense qu'on peut s'avancer sans trop de risque sur le fait que la corde viendra claquer à la porte et à la face de la Nouvelle Olympe...
Durant ce petit monologue, son regard n'a pas cillé, perçant, vrillant ceux qui lui font face. Ce n'était pas pour rien qu'on l'appelait parfois Athéna Glaukopis... C'est sur que ça changeait de Hera Boôpis, aux yeux de génisse. Ahah, sacré Homère, toujours prêt pour les blagues vaseuses et leur symbolisme !


(Voilà qui est un peu plus acceptable, diantre ! x) )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Sam 22 Nov - 17:38
>CODAGE by Liliebia sur Epicode





Ita Diis Placuit !


Anne regarda Athéna ajouter un sucre dans son café, puis un autre et encore un avec stupeur. Elle n'allait pas la critiquer sur sa manière de boire un café mais tout de même. Enfin, elle n'avait jamais réellement compris la fille de Zeus et ce n'était pas maintenant qu'elle allait commencer à le faire. Tantôt elle pouvait apprécier les conseils avisés de la déesse tantôt elle ne pouvait pas supporter cette dernière elle même. Peut-être qu'elle n'était, elle même, pas très objective dans son jugement, après tout la principale raison qui la poussait à répugner cette dernière était le fait que ce soit Zeus qui l'ai engendré, seul. Enfin, en temps de guerre il faut bien se serrer les coudes, néanmoins, Héra avait bien envie de lui jeter sa tasse à la figure pour lui retirer ce petit sourire irritant qui marquait le visage d'Athéna. De plus, elle était sûre que l'autre faisait exprès pour l'énerver. Heureusement, sa réponse détourna l'attention de la reine déchue.

-Si l'un d'entre nous est décédé ? Par Ouranos non... Pas à ma connaissance en tout cas. Tu ne devrais pas t'en faire pour ta mise en plis. Mais il y aura peut être des morts, prochainement. La pseudo bonne nouvelle, c'est qu'ils ne seront pas forcément dans notre camp.

Anne retint une réplique bien sentie. Si Athéna ne cessait pas bientôt ses petits sous entendus … Héra sentait qu'elle allait faire un massacre. Enfin, il y avait tout de même cette information capitale restée en suspend. Des morts prochainement. Alors ça y  est. Ils étaient en guerre. Finalement ! Ce n'était pas trop tôt.  Depuis le temps qu'Anne présentait un combat, elle n'était certainement pas la seule à vouloir se venger des traîtres. C'était néanmoins une bonne nouvelle à entendre, quoi que cela risquait d'impliquer de nombreuses choses. Elle laissa Athéna continuer tout en s'avançant un peu plus vers, elle toute ouïe, n'hésitant pas à lui rendre son regard insistant.

-Je te parle de quelque chose de plus subtil, mais assez simple pour que tu comprennes ce que cela implique, dans notre situation. Je te parle du fait que j'ai retrouvé Hermès ici, à Paris. Il a pris le nom d'Edmund Allistair, c'est maintenant un coursier... Officiellement. En fouillant un peu avec lui -tu n'es pas sans savoir que nous avons toujours été proches, lui et moi- et bien je suis en mesure d'affirmer qu'au moins la moitié de notre Panthéon habite dans Paris ou sa banlieue. Ce rassemblement est un étrange nœud du destin qui semble vouloir se resserrer. Et qui se resserrera. Le problème est que j'ignore quand et comment il cassera, mais je pense qu'on peut s'avancer sans trop de risque sur le fait que la corde viendra claquer à la porte et à la face de la Nouvelle Olympe...

Anne se souciait bien de ce que faisait Hermès comme de la première fois ou elle avait dit Papa, autrement dit, elle s'en fichait royalement. Pourtant, cette information était capitale. Ainsi, les dieux s'étaient rassemblés ici, en pleine capitale Parisienne. Anne en avait presque le souffle coupé. Elle n'avait rien vu. En 300 ans, pas un seul dieu. Puis récemment, voilà qu'elle retrouve Athéna. Ou plutôt, Athéna l'a trouvé. Tout ce met à s’enchaîner comme dans un jeu de domino. Anankè aurait-elle décidé de se tourner en faveur des déchus ? Fallait-il se préparer à la bataille. Les temps changent mais, changent-ils en faveur des anciens. Malgré ce qu'affirme Athéna, avaient-ils réellement une chance de vaincre les nouveaux.

Anne s'enfonça dans son siège en croisant les jambes, silencieuse. Elle sirotait doucement son café, savourant le goût amer coulant le long de sa tranchée. Elle pensait. Cette chose qu'elle avait ressentit il n'y a pas si longtemps, ce regain de puissance c'était comme si elle renaissait. Et puis le fait qu'elle puisse de nouveau se métamorphoser. Il n'y avait pas de doute, le temps du déclin des traîtres approchait. Et il fallait prendre une décision, se battre ou rester passif.

-Eh bien, je suppose alors qu'il n'est plus temps de se terrer. Il faut réunir les autres, trouver le point faible des traîtres. Les frapper là ou ça fait mal. J'ai croisé Zephios il y a quelques mois. Tu ne le connais certainement pas, c'est un autre des … enfants, de Zeus. Je sais pour  qu'il a peur de moi, non sans raison bien sûr. Peut-être qu'Alyssa peut récupérer quelques informations ? Je pense que c'est une chance à saisir, ils ne se doutent de rien. Mais, il y a aussi le risque que l'on agisse trop précipitamment … Qu'en penses-tu déesse de la sagesse. Si tu es ici c'est que tu as une idée derrière la tête je présume ?

Anne bu une autre gorgée de café en essayant de rester calme. Elle se serait presque levée pour tourner en rond tellement elle était agitée. Elle voulait sortir là tout de suite et aller foudroyer sur place Alania, récupérer son trône. Elle savait  pourtant qu'elle n'en avait pas les capacités mais c'est ainsi fait, Héra à le sang chaud.

[HS: Rara à les yeux verts, sinon mon RP c'est du caca en boite, désolé !]


Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Dim 30 Nov - 17:49
(Erreur corrigée, encore désolée. x) )
Chercher et trouver le point faible des traîtres. Les frapper là ou ça fait mal. Et disparaître avant qu'on ait pu déceler le coup, pour mieux recommencer à frapper. Son sourire en coin s'étire doucement. Voilà pourquoi elle souhaitait prévenir Héra personnellement; il ne fallait jamais, oh grand jamais sous-estimer une femme jalouse. Ce sont les pires, les plus perfides, vicieuses, hypocrites...  Au moins cela servirait-il son intérêt. L'agitation qu'elle perçoit chez elle la satisfait pleinement. Dommage qu'elle prononce par la suite des paroles qui réussissent l'exploit de t'horripiler au plus haut point.
Et Héra pourrait presque le sentir dans l'air. Le mépris n'est pas le genre de chose que Katherina prend soin de dissimuler.
Utiliser Alyssa ? Te fiches-tu vraiment de moi en oubliant qui je suis ? Bien sûr qu'elle sera mise au courant, et que je lui demanderai de récolter des informations pour nous... Mais qu'une chose soit claire dans ta tête de paon. Alyssa n'est PAS un outil, encore moins un larbin de bas étage. Elle est totalement libre d'accepter ou de refuser de le faire. Il n'est PAS question que tu essayes de l'influencer dans son choix ou dans ses méthodes, de quelque façon que ce soit, me suis-je bien faite comprendre ?
La blonde la fusille tant du regard, tant de tension dans l'air qu'on aurait pu entendre un acarien brouter dans la mousse du fauteuil vide à sa gauche. Puis elle inspire lentement avant de reprendre une gorgée de café. Calme Katherina, calme. Cela ne te ressemble pas voyons, même s'il s'agissait de sa protégée. Concentre-toi à nouveau sur la stratégie, sur les jours, semaines au plus à venir. Sans oublier de noter le fait qu'il existe probablement d'autres rejetons de Zeus dans la nature sans que tu le saches. On ne savait jamais...
Mais pour en revenir à nos moutons, je te dirai qu'il est difficile de vouloir ébaucher un plan d'action, avec si peu d'informations disponibles. Nous devons conserver l'initiative. Et pour cela, nous devons nous rassembler et nous unir malgré nos griefs et inimitiés, aussi futiles soient-elles, dit-elle en observant la reine déchue. Oui elle est pleinement visée, autant qu'elle le comprenne sans détour. Nous devrons à ce moment là faire état de nos forces, faiblesses, étendue du retour de nos pouvoirs à ce moment là... Nous organiser efficacement, avec des moyens conventionnels et moins... conventionnels. Des choses à déclarer, à propos de tes quelques dons ?
Et par Ouranos, faite en sorte qu'Anne ait des choses pertinentes à lui raconter, qu'elle ne s'offusque pas de son sursaut d'émotion. Désavantage de traiter avec des Jalouses, c'est que bien souvent elles ont un égo plus aigu et acéré encore que le sommet de la tour Eiffel....

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 30/08/2014
Age : 23
Localisation : L'Orphelinat Jean Moulin avec "Mémé" Héra
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Lun 1 Déc - 12:35
Il fallait se lever, finalement.

Tu aurais pu te lever bien après cette heure où l'aube ne pointe même pas le bout de son nez. Tu aurais pu encore te prélasser dans ces draps chauds. Tu aurais pu encore supporter ta voisine de chambre... Mais tu étais debout. Tes yeux gris orage étaient ouverts, et tu n'arrivais pas à rejoindre de nouveau les bras de Morphée. Il était trop tard pour espérer replonger dans des songes profonds. Cette noirceur de la pièce ne te plaisait pas vraiment. Alors tu allumas la petite lampe qu'il y avait. Tu te redresses difficilement, en frottant lentement ses paupières. Tu avais bien fait de te coucher plus tôt que d'habitude, tu te sentais en pleine forme. Lentement, mais surement, tu tournes la tête vers cette comparse de chambre, et elle avait encore ses paupières closes. Soit... Tant mieux.

Tu ne la supportais pas.

Tu te lèves ensuite dans la plus grande des discrétion de ton lit, remettant habillement sa chemise de nuit. Hum... Cela allait. Tu n'as qu'à aller tout droit et tu auras les sanitaires devant toi. Tu étires un mince sourire, prenant tes affaires que tu avais déjà sorti hier soir pour aller sous la douche. Remercions l’accommodation nocturne qui fait en sorte de voir un minimum... Tu te serais pris la porte, sinon.

Rien. Le silence. Cela te faisait du bien. Tu soupires doucement, contente. Tu retires ce vêtement que tu avais, puis tu te glisses sous la douche pour te laver... Oui, tu as déposé tes affaires avant, et oui... Tu as allumé la lumière dans les sanitaires... Et oui... Tu as éteint la petite lumière dans ta chambre. L'eau était froide, cela te faisait frisonner lentement. Tu voyais ta peau avoir les symptômes du froid. Rien de tel qu'une bonne douche froide pour se réveiller efficacement. D'ailleurs, tu ne sais pas si c'est de ton propre chef que tu as décidé de prendre des douches froides, ou si c'était Athéna qui t'avait influencée... Faudrait déjà que tu la regardes prendre la douche. Et tu sais bien qu'il n'y a que Hermès qui trouverait un prétexte avec une chauve-souris enragée pour aller voir ce qui se passe dans ce lieu sacré féminin qu'est la salle de bain... Et la cuisine, mais c'est purement misogyne.

Et si... Quelque chose te forçait à te réveiller? Et si quelque chose t'a extirpé de ton sommeil pour quelque chose de particulier? Tu doutais d'un quelconque destin, que le destin était créé uniquement pour que les humains croient qu'ils ne sont pas maître d'une vie. Pourtant, les Moires existaient... Alors... Tu ne sais pas vraiment. Peut-être était-ce un fil grossier du destin et que, à l'intérieur, les humains avaient un minimum de liberté dans leur choix? C'est une hypothèse intéressante, comme assez compromettante. Les humains ont été créés à partir des idées divines, donc les dieux doivent avoir une influence sur eux, mais le Savoir leur a été transmis par Prométhée, Athéna et un peu Hermès... Ils doivent savoir aussi les malheurs par l'ouverture des différents Maux. Il ne restait plus que l'Espérance, l'attente... Était-ce ce dernier maux qui faisait en sorte que l'Homme se croit maître du Destin dont il se promène? On dirait un cheval de trait avec ses œillères qui se croit libre de son mouvement car il regarde droit devant lui...

Tu sors ensuite de la douche, réflexion finie. Ta vie, pour l'instant, s'est consacrée à cet autodidacte pour accueillir le plus de paroles sages que tu pourrais te faire, et parfois... C'est tel que cela empathie sur ses relations. Tu t'en fichais littéralement des autres. Tu te complaisais à chercher à aider, mais pas à obscurcir ton jugement qui doit être la plus proche de la sagesse. Tu sors des sanitaires, propre. Tu glisses lentement une main pour te frotter l'arcade sourcilière gauche, ouvrant lentement la porte. Tu ranges avec minutie ta chemise de nuit dans le coin qui t'est réservée... Et oui... Tu as allumé cette petite lumière, encore une fois.

Et c'est à ce petit moment-là, où quand tu voulais éteindre cette pâle lumière, que tu te prends comme un petit coup de jus, ce qui te fit reculer immédiatement ta main, la regardant de plus près. Hum... A croire que quelque chose se passe vraiment. Tu sors donc de cette chambre, toujours intriguée par ce petit effet électrostatique. Tu descends lentement un escalier, puis deux. Cela ne servait à rien d'aller dans les autres salles du premier étage. Tu savais qu'elles seraient fermées. Faut pas déconner... C'est Héra la gérante de ses lieux. Tu paries que si tu lui laissais la lumière plus de dix minutes dans une pièce en étant sorti, elle te ferait pédaler dans la cave pour pouvoir compenser... Peut-être pire pour une déesse de la nouvelle génération, comme elle.

En parlant de Héra, tu tournes la tête en direction du bureau, et tu entends des bruits étouffés. On dirait qu'il y a du monde, ou Héra qui fait un monologue... Mais comme tu penses qu'elle n'est pas désespérée à ce point là, tu te contentes de te dire qu'elle doit recevoir quelqu'un. Tu t'avances donc tranquillement, assez curieuse à vrai dire. Tu entendais que les tons étaient devenus plus grave, sans que tu puisses pourtant entendre le moindre mot audible et compréhensible. Il fallait que tu avances plus, petite... Et encore... Puis tu poses lentement ta main sur la porte, avant de t'arrêter. Ce n'est pas bien, non... C'était le problème d'Héra. Alors tu te contentes de t'adosser à côté de la porte, sans pour autant vouloir écouter cette discussion. Tu t'en fiches...

Tu viendras que quand on t'invitera. Tu ne cherches pas à cacher ta présence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Lun 1 Déc - 16:49
>CODAGE by Liliebia sur Epicode





Ita Diis Placuit !


-Utiliser Alyssa ?

Anne grimaça un peu au reproche qui avait claqué comme un coup de fouet. Elle n'avait pas vraiment voulu exprimer sa pensée ainsi mais, oui, dans un sens, elle voulait utiliser Alyssa. Disons que la jeune fille devait bien se rendre utile à un moment parce que chauffer le siège d'Athéna c'est une chose, participer à l'action c'en est une autre. Et c'était cela que voulait Héra, qu'Alyssa s'implique dans la guerre, activement. Car, de part sa position la jeune fille représentait un atout maître, bien qu'Anne doutait encore un peu de son intégrité.

-Te fiches-tu vraiment de moi en oubliant qui je suis ? Bien sûr qu'elle sera mise au courant, et que je lui demanderai de récolter des informations pour nous... Mais qu'une chose soit claire dans ta tête de paon.

« Tête de Paon », Athéna l'avait réellement appelé ainsi. Elle n'en revenait pas, comment osait-elle, cette stupide chouette bigleuse ! Pour qui se prenait-elle, de quel droit l'insultait-elle, car oui, Anne l'avait pris comme une insulte. D'ailleurs cela à du se faire ressentir car ses yeux s'assombrirent et l'atmosphère devint plus lourde. Entre Athéna qui s'échauffait pour défendre sa fille et Héra qui commençait à prendre la mouche, il n'était pas bon de traîner dans les environs. Si elles avaient eut leurs pouvoirs, le ciel se serait certainement couvert d’orages en reflet de leurs émotions.

-Alyssa n'est PAS un outil, encore moins un larbin de bas étage. Elle est totalement libre d'accepter ou de refuser de le faire. Il n'est PAS question que tu essayes de l'influencer dans son choix ou dans ses méthodes, de quelque façon que ce soit, me suis-je bien faite comprendre ?

La reine déchue avait la gentillesse d’accueillir serviablement Athéna, alors que cette dernière ne l'avait même pas prévenue auparavant et, qu'est-ce qu'elle récoltait ? Elle se faisait réprimander comme une enfant qui aurait fait une vilaine bêtise. Les ongles de la déesse s'enfoncèrent un peu dans l’accoudoir comme ils s'enfonçaient, il y a des siècles de cela, dans celui du trône d'or. Si Anne avait été un dragon, du feu serrait sortit de ses narines. Elle ne faisait que tolérer la présence d'Athéna et de sa protégée. En tant que directrice et reine, elle avait encore tout ses droits et pouvait les expulser immédiatement de SON orphelinat. Aussi, Athéna l'horripilait, elle avait bien envie d'attraper la déesse et de la secouer comme un prunier, ou alors simplement de l'étrangler, c'était bien aussi. Vraiment, il n'y avait que les enfants de Zeus pour la mettre dans cet état là. La reine reçut donc comme une provocation, le geste désintéressé d'Athéna. Celle-ci buvait son café, tranquillement, sans plus se soucier de la femme en face d'elle. Et ça avait le don d'énerver Héra.

-Mais pour en revenir à nos moutons, je te dirai qu'il est difficile de vouloir ébaucher un plan d'action, avec si peu d'informations disponibles. Nous devons conserver l'initiative. Et pour cela, nous devons nous rassembler et nous unir malgré nos griefs et inimitiés, aussi futiles soient-elles. Nous devrons à ce moment là faire état de nos forces, faiblesses, étendue du retour de nos pouvoirs à ce moment là... Nous organiser efficacement, avec des moyens conventionnels et moins... conventionnels. Des choses à déclarer, à propos de tes quelques dons ?

Anne manqua de s'étrangler. Futile, futile ! Comment cette … raaaah ! Comment osait-elle, c'en était plus que la reine des dieux pouvait en tolérer. Elle se leva d'un bon hurlant quasiment sur son interlocutrice.

-FUTILE ?! Qui es-tu pour me dire que mes griefs sont futiles ? Ce n'est pas toi qui vient de t'énerver à l'instant pour une broutille ?! J’accueille gentiment ta soi-disant fille et tout ce que je reçois en retour ce sont des reproches et des insultes. En attendant qu'a tu fais toi, ces dernières années ? J'AI accueillit des centaines d'orphelins, j'ai tenu tête à Zéphios sans aucuns pouvoirs, toi qu'as tu fait ? Je n'ai strictement aucune leçon à recevoir de quelqu'un comme toi !

Il eu un bruit de plancher qui craque, ce qui interrompit sa réplique. Cette interruption bienvenue stoppa la déesse déchue qui, maintenant qu'elle était coupée dans son élan préférait fusiller du regard Athéna, de peur d'être entendue par ses pensionnaires. Elle remarqua finalement une ombre sous la porte. Visiblement un petit curieux s'amusait à les espionner. Agacée, elle atteignit la porte en quelques pas et l'ouvrit à la volée. Elle n'en pouvait plus de ces pensionnaires qui ne respectent plus rien ni personne. Elle s’attendait à trouver derrière la porte, Aris ou Keane, peut être même Azael, qu'elle ne fut donc pas sa surprise de découvrir Alyssa. Anne fronça les sourcils, plus surprise qu'en colère, elle ne s’attendait pas à ce que « la gentille et sage petite fifille à Athéna » soit prise entrain d'écouter aux portes.

-Qu'est-ce que tu fais là ?

Ah, elle en oubliait même son vouvoiement. La directrice hésitait à la faire rentrer, parce qu'elle savait que si les deux se liguaient contre elle, elle allait forcément perdre, connaissant Athéna, c'était certainement ce qui allait arriver. Néanmoins si elle ne le faisait pas entrer, elle allait encre se faire critiquer et finalement, cette réunion importante se finirait avec Athéna d'un côté et Héra de l'autre sans que rien n'ai évolué. Héra prit donc sur elle, encore une fois, pour se reculer et laisser passer Alyssa.

-Athéna, c'est ta fille, expliqua-t-elle sèchement. Rentre, sinon je vais ENCORE, me faire engueuler ... termina-t-elle en levant les yeux au ciel.

Elle reparti ensuite derrière son bureau, toujours vexée, lançant des regards meurtriers a Athéna.

[HS : Désolé c'est pourri mais j'avais envie qu'Anne s’énerve u.u]


Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Mar 2 Déc - 19:12
(Je te hais. En toute amitié.x') Voici le temps de la deuxième personne que seule toi as pu connaître... Oui je fais des remix moisis, pchuuut x) pas de mise en page parce que c'est déjà chiant de tout taper sur un téléphone... Je réglerai ça ce soir quand je serai chez moi. Enjoy. :p )

Tu contins un soupir d'agacement. Et voilà que s'abattait sur toi le déluge d'indignation, la tempête tourmentée, cris d'une déesse bien trop susceptible pour son bien. Le comble, c'est que tu prends le pseudo-blame sans sourciller. Tu sais qu'en un sens cela risquait de l'agacer davantage; quoi de pire qu'une personne stoïque lorsque l'on entre dans une colère noire ? Se faire interrompre subitement, semble-t-il. La pression retombant d'un coup, tu croises les jambes et tournes la tête vers l'origine de ce calme bienvenu... Oh, la belle surprise.
Un sourire narquois illumine ton visage. Les pions et les pièces prenaient place. Les deux cavaliers venaient de monter en selle, flanquant la Reine dépouillée de Roi. Le fou gambadait aux quatre coins de l'échiquier.  Les tours jumelles brillaient de leur absence. Mais vraiment, Héra ? Elle pensait sincèrement que tu ne pourrais pas la reconnaitre ? La rhétorique avait ses limites... Merci de refermer la porte tout de même, ce que tu intimes à ta fille d'un discret signe de tête. Pas que tu doutes de son réflexe de le faire, loin de là, mais les habitudes ont la vie dure... Il est de ces détails qui ne vous échappent pas.
Tu es la seule à parler d'engueulade, ma pauvre. Il n'empêche qu'avant d'être interrompues, je t'ai posé une question. Question à laquelle j'apprécierai beaucoup que tu répondes, plutôt que vouloir savoir "qui qui n'en a fait le plus d'abord !", merci. Maintenant...
L'acier de ton regard se pose sur ta fille, alors que ton sourire se fait plus... Compatissant ? Devoir supporter la Reine Déchue sur la base d'un rapport quotidien ne lui manquait pas le moins du monde. Tu remarques toutefois qu'Alyssa ne semble pas avoir changé. Héra ne devait pas forcément le faire de bon coeur, mais elle avait le mérite de prendre un minimum soin de ses pensionnaires. Bref. Maintenant que la puérilité de ses derniers mots a dû faire mouche chez la directrice, tu invites ta fille à venir prendre place à tes côtés, désignant le siège libre de ta main.
Le café est délicieux, tu peux te servir de ma tasse. Tu veux la version  courte ou bien tu préfères prendre le train en marche ?
Traduction : "Bonjour ma grande, je suis heureuse de te voir en cette belle matinée. Comment te sens-tu aujourd'hui ?". Oui, tu ignorais encore Anne pour le moment. Oui tu savais que cela allait lui faire chier l'horripiler. Mais à tes yeux, ce n'était que le moindre des choses que de mettre à l'aise l'une des principales concernées de l'affaire. Ce n'était pas non plus  comme si le sujet était capital. Ce n'était pas comme si ton esprit était si préoccupé par la présence des déesses en ce bureau que tu pouvais en oublier d'autres... Comme par exemple la paire de billes jaunes perchée sur le rebord de la fenêtre, au front emplumé dont les sourcils barrait son visage d'un air grave... Kiwit. Kiwit kiwit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 39
Date d'inscription : 30/08/2014
Age : 23
Localisation : L'Orphelinat Jean Moulin avec "Mémé" Héra
Nouveau Dieu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Dim 22 Fév - 18:28
Beaucoup de bruit pour rien, dirons nous.

Car tu savais pertinement que tout cela s'agitait dans des sens opposés. Ce n'était pas un genre de débat qui n'allait uniquement dans un seul sens de pensée, mais deux esprits contradictoires. Tu devinais sans aucun mal une dispute. Le ton montait, les gorges s'écrièrent de garder ce rythme constant. Un débit qui ne pouvait aucunement faiblir face à l'adversaire. Qu'il ne devait point faiblir une petite seconde, pour contre-attaquer. C'était une joute verbale des plus violentes, et tu te demandais vraiment si c'était le moment d'être encore dans les parages.

C'était seulement au moment où tu voulais te relever que le pire arriva. Oui... Tu n'avais pas fait attention à tes appuis, et une planche ne fut pas des plus silencieuse. Ce raille de douleur datant de cette planche datant de bien plus d'années que toi a soudainement fait taire le débat se déroulant à côté. Tu allais avoir la visite de quelqu'un bien plus rapidement que ce que tu pouvais faire en matière de fuite. Alors comme ta "mère" avait fait longtemps face à l'atrocité que conçu Héra en ayant le nom de Typhon, tu te mettais bien droite, réajustant tranquillement ta chemise, tes yeux fixèrent avec attention la poignet, qui tourna rapidement, et cette porte qui s'ouvrit en fracas.

- Bonsoir madame Hooper. Avais tu dit après son questionnement. C'était entièrement naturel de voir en direction de cette femme ce regard emplie d'une grande surprise. Tu n'en avais cure, actuellement. Tu t'attendais à ce qu'elle t'envoyait bouler violemment, telle la serpillière que tu pouvais représenter à ses yeux... Mais une serpillière qui avait bien trop de choses entre ses fins doigts musclés pour être considérée comme simple torchon... Un torchon d'élite, on va dire. Tu regardais lentement ta main qui avait pris ce petit coup de jus, de ton regard totalement neutre. - ... Cette journée n'est pas normale, Madame Hooper. Vous le savez tout autant que moi.

Voilà ta réponse. Réponse dont tu n'avais pas peur des représailles, car ce n'était qu'une vérité parmis tant d'autre. On ne peut blamer son contenu, alors n'essayez pas de blamer qu'une réalité est difficile à voir, mais plutôt vous même, bande d'aveugles. Si seulement tout le monde pouvait être éclairci d'esprit. Et puis, l'interlocuteur d'Héra avant que tu viennes avait un nom. Un nom qui fit redresser ta tête, pour pouvoir regarder ce qui se passait réellement à l'intérieur. Et tu la vis...

Ta mentor. Celle qui t'avait supportée pendant toutes ces années.

Tu clignes tranquillement des yeux, avant de te ressaisir. Tu gardais ton air neutre, mais ce sourire... Ce sourire qui était un peu plus étiré que d'habitude pour faire genre c'était intéressant. C'en était un vrai. Il n'y avait pas de doute. Tu étais bien contente de la voir. C'était bien un fait qu'il fallait prendre en considération durant les quelques minutes qu'elle allait passer dans cet endroit confiné, avec la Capitaine du navire qui semblait à être d'humeur à faire des sacrifices de chèvres sur un rocher en pleine tempête... Quoique. Pas que les chèvres.

Tu inclinas lentement la tête vers Héra pour la remercier, puis elle s'engouffra dans la porte, revoyant pour la deuxième fois cette décoration qui serait de bon goût... Pour quelqu'un du XVIIIème siècle. Tu t'installas donc posément sur cette chaise ainsi présentée, joignant posément tes mains sur tes propres jambes. Tu regardas l'ancienne déesse guerrière dans les yeux, comme à ton habitude.

- Bonsoir Mère. Et non tu sais bien que je n'aime pas le café. Et tu sais tout autant que moi qu'un résumé n'est qu'une interprétation personnelle. Disais tu de ton ton calme et posé. En Orchédien, ça dit: "Moi aussi, je suis heureuse de te voir. Ce serait très intéressant et instructif de pouvoir suivre votre conversation." . Ton regard se tourne lentement sur la vipère de capitaine, mais vipère royale que tu étais obligée de respecter de par sonancien statut, son statut actuelle, sa vie, le fait qu'elle n'ait pas craquée. Et... - Au fait Madame Hooper. Si je dérange vraiment, vous pouvez m'intimer à partir. Vraiment. Mais cela prouvait aussi qu'elel avait des choses à cacher. Des choses, dont ton regard se posa brièvement sur ce petit cadre sur le bureau, qu'Hhéra semblait chérir de tout son être. Bien plus qu'actuellement, à vrai dire.

Tes yeux firent navette entre Athéna et Héra, attendant leurs réclamations, leurs réponses, leurs interlocutions... Et ce fameux combat des titans entre La Sagesse, et la seule chose que la sagesse ne pouvait avoir: Le mariage, les affections amoureuses. Quelque chose d'intéressant, qui te ferait passer le temps, en attendant que tu puisses aller prendre ton petit-déjeuner.

Car oui, tu étais ce que tu étais. Une personne encore inexpérimentée, dont elle devait en prendre du grade rapidement pour être une rempart.

[HRP: Encore désolée... J'avais des partiels à passer, et j'ai eu la grippe et puis... Et puis... Manque de motivation. Vuala.]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 322
Date d'inscription : 06/12/2013
Localisation : A l'Orphelinat Jean Moulin.
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Mar 31 Mar - 19:47
>CODAGE by Liliebia sur Epicode





Ita Diis Placuit !


Anne tapotait avec agacement son doigt sur le bois poli du bureau. Elle espérait bêtement que cela agacerait Athéna d'une quelconque manière, une vengeance enfantine. Ces quelques milliers d'années passées auprès des mortels avaient eu raison d'une partie des manières royales de la déesse. Bien sûr, elle n'avait pas tout oublié avec le temps. Il restait quelques habitudes qui étaient devenus des traits à part entière de son caractère, cette marnière de fouler le sol d'un pas gracieux mais déterminé, ou peut-être cette manière de regarder les gens de haut. Ce qu'elle avait perdu était le semblant de self-contrôle qu'elle avait alors, lui permettant de ne pas immédiatement sauter à la gorge de Zeus pour chaque nouvelle maîtresse mais plutôt d'attendre le retour dans leur chambre. C'était étrange de penser que ces disputes lui manquaient presque actuellement. Presque.

-Tu es la seule à parler d'engueulade, ma pauvre. Il n'empêche qu'avant d'être interrompues, je t'ai posé une question. Question à laquelle j'apprécierai beaucoup que tu répondes, plutôt que vouloir savoir "qui qui n'en a fait le plus d'abord !", merci. Maintenant...

Anne serra un peu les dents mais devait bien admettre qu'Athéna avait raison. Le plus exaspérant avec cette femme c'est que généralement, elle avait toujours raison. Héra n'appréciait pas plus que quiconque le fait que l'on lui présente ses erreurs en pleine face. Elle inspira comme pour chasser l'amertume d'avoir été coupée dans son élan. Elle aurait bien aimé crier un peu encore, se défouler sur Athéna qui ne méritait certes pas ça mais qui était actuellement la seule personne connue à prendre les crises de nerf de la reine sans broncher. Elle lança un regard vers Alyssa. Anne avait encore suffisamment de dignité pour ne pas se laisser emporter devant l'adoptée d'Athéna et perdre le peu de respect que la jeune fille devait lui porter. Tant soit est que quelqu'un la respecte encore ici bas !

-Il ne fallait pas commencer alors, répliqua Héra, comme pour se justifier, Pour ce qui est de ta question précédente … Disons que j'émet dans certains cas de l'électricité lorsque je touche d'autres personnes, comme si on se prenait un coup de jus après avoir touché une barrière électrifiée, je peux vaguement changer d’apparence, la couleur des yeux, cheveux, la forme du visage, la corpulence, je n'ai pas essayé de prendre forme animale mais je ne pense pas en être capable. Sinon je peux savoir si l'enfant d'une femme enceinte sera un garçon ou une fille, rien de bien utile pour la bataille à venir en soit. Je suppose que tu dois bien avoir retrouvé quelques pouvoirs toi aussi ? C'est horrible j'ai l'impression d'être un demi-dieu qui s'extasie devant ses nouveaux pouvoirs !

Il est vrai qu'Anne avait été plus qu'heureuse de revoir ses capacités revenir mais cela lui avait d'autant plus rappelle à quel point ils étaient démunis face aux nouveaux dieux. En parlant d'eux, Zephios risquerait de poser problème. Si tous les nouveaux dieux commençaient comme lui à venir à l'orphelinat pour surveiller leur progéniture … Hum, ça risquait de poser des problèmes. Héra n'était pas sûre de pouvoir supporter de telles visites sans péter un plomb. Les deux fois où elle avait rencontré Zephios s'étaient déjà plutôt mal déroulé pour le dieu surtout qui avait déboulé les escaliers et s'était fait renversé. Elle avait bien vu à quel point il tenait à Robine et cela l'avait bouleversée plus qu'elle ne voulait l'admettre. La déesse avait toujours été assez possessive et elle sentait qu'elle commençait à perdre sa fille adoptive. Pour tout dire la proposition de Robine avait énervé Anne sur le coup, il n'y avait aucune chance pour que la déesse déchue se lance dans une garde alternée avec le nouveau dieu. Y repenser laisser un goût amer au fond de la gorge de la déesse.

-Au fait Madame Hooper. Si je dérange vraiment, vous pouvez m'intimer à partir. Vraiment.

Anne sortit de ses pensées pour regarder Alyssa. Elle était tout de même heureuse qu'Athéna ai pu avoir un enfant à choyer mais ceci était simplement une pensée éparse.

-Non, vous pouvez rester. Athéna me l'a assez bien fait comprendre... Mademoiselle Orchédia, connaissez-vous Zephios ? C'est … c'est un nouveau dieu, Anne se tourna vers la déesse de la sagesse pour expliquer, J'ai croisé par deux fois sa route et ça ne s'est pas vraiment bien finit pour lui les deux fois, la directrice eu un petit sourire satisfait, Cependant il tourne un peu trop autour de l'orphelinat à mon goût.

Elle ne s'attendait à rien en particulier, la promesse rassurante qu'il ne reviendrait plus n'était même pas une illusion que pouvait se permettre la directrice.

[HS : Désolé du retard ! J'étais en panne d'inspiration mais c'est revenu ~]


Nil Sine Numini


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 172
Date d'inscription : 01/11/2014
Age : 23
Localisation : Par delà le temps et l'espace
Dieu déchu
Who am i !

Personnage
Physique:
Caractère:
Liens:

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint) Sam 4 Avr - 21:19
Tant de péripéties; tourbillons d'émotions, montagnes russes des humeurs. Une chance que tes millénaires de subsistance parmi les mortels t'aient permis d'acquérir le contrôle nécessaire à la conservation de ta santé mentale. Et bien que tu ne l'avouerais jamais à voix haute, la présence d'Alyssa y fut pour beaucoup ces dernières années. L'humanité te décevait chaque jour un peu plus, pourtant, tu continuais de leur porter attention, de pousser plus loin le vice pour voir jusqu'où iraient-ils... Probablement à leur propre perte, mais cela restait une fascination qui te prenait aux tripes. Fascination malsaine ? Plus que probable. Mais nous avons tous un petit côté masochiste, ne faites pas les innocents. Sinon, pourquoi Héra se serait-elle accroché à Zeus toutes ces années ? Et Apollon ses conquêtes, on en parle ? Bref. En définitive, les Dieux ne sont pas si différents des Mortels... A moins que ce ne soient les Mortels, qui ne soient pas si différents des Dieux...? En ces temps troublés, tu pouvais voir la ligne séparant les deux s'amincir jusqu'à se confondre et disparaître...

... Tout comme ton inquiétude, remplacée par une légère bouffée de soulagement -tout comme de la... Fierté ?- , aux mots prononcés par ta fille. Et... Serait-ce de la joie qu'on pouvait lire sur le bord de ton sourire relevé en coin ? Oui, c'est bien cela. Prêcher le faux pour savoir le vrai. Point de doppelgänger ou autre métamorphe en vue a priori, c'était bel et bien ta fille adoptive qui venait de pénétrer ce bureau. Tant mieux. Il eut été... inconvenant... que quelqu'un d'autre entende l'étalage que fit Héra par la suite. Électrostatique, polymorphie, prémonition, irritabilité... Certes, cela n'avait pas d'implication directe dans une bataille, mais cela pourrait s'avérer utile éventuellement. L'irascibilité de la Reine Déchue, à son apogée, aurait pu faire trembler Ciel, Terre, Mer et Enfers. Par chance, chacun avait finit par s'en accoutumer et prendre les dispositions nécessaires. Alors consens-tu à lui faire la maigre énumération de tes pouvoirs, haussant les épaules.
A bien y regarder, je n'avais pas tant de pouvoir que cela à la base. J'ai eu la chance de plus me baser sur mes facultés innées et acquises dès l'époque de l'Olympe. J'ai conservé mes facultés de cognition, tout comme mes facilités à appréhender les arts et les maîtriser tout comme le maniement des armes, qui a évolué avec les siècles sans notre influence. En tout cas, il semblerait que je retrouve aussi mon affinité avec l'électricité. Il est un peu tôt pour que je m'essaye à voir si je peux encore influencer les cieux grâce à cela.
Encore heureux qu'après tout cela, Anne n'aille pas flanquer Alyssa à la porte, une fois son attention déviée de sur toi... Mais cela tu le gardas pour ta pensée seule. Nul besoin de mettre de l'huile sur le feu. Tu fronces les sourcils aux paroles qui suivent. Zéphios ? Le Nouveau Dieu des Vents ? Qui avait pris la place d'Eole lors de la chute ? Ce Zephios ? Bien qu'elle ait posé cette question à Alyssa, tu ne peux t'empêcher de demander.
Et pour quelle raison celui-ci rôderait-il autour de ton pensionnat ? Hormis le fait que ces lieux soient le refuge de nombre de demi-dieux et hypothétiquement de créature mythiques à l'apparence humaine Aurais-tu en ta possession quelque chose qu'il convoite ?
Attentive aux réponses, aux réactions de l'une ou de l'autre, ton regard gris s'illumine pourtant, alors que dans ta tête se réorganise l'échiquier, le plan de la confrontation à venir, tissant ça et là les liens s'étirant entre les multiples protagonistes, laissant libre la parole autant à sa propre fille qu'à Héra, si cette dernière avait le temps de prendre l'initiative de la discussion.
Sans percuter sur le fait que sur le rebord de la fenêtre, la petite forme au visage sérieux venait de tendre la patte pour gratter contre le bois et le verre, pour tenter de se faire remarquer. Ses yeux dorés dévisagent tour à tour les trois femelles, puis elle décide de cogner sur la vitre du bout du bec, laissant s'échapper quelques plaintes outrées bien de ton cru. Kiwiit kiwit !
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)

MessageSujet: Re: Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Héra, ou comment tuer sa Belle-mère en 10 leçons. (Ouvert Restreint)
» Bonjour, je voudrais pouvoir tuer sans faire de bruit...
» Ca donne quoi un obsédé en manque et une mère de famille nombreuse infidèle ensembles ? [Pv Nicholas & Laureen]
» Soirée avec Sa belle Mère { Luna }
» *~ Les Races et les Langues ~*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythologie et ses amis :: Paris :: Orphelinat Jean Moulin-